C’est le moment de capitaliser

image description

Malgré des prestations en constante amélioration, Clermont pointe toujours à la neuvième place du classement à trois matches de la moitié du championnat. Rien d’inquiétant puisque les sixièmes ne sont qu’à 4 longueurs devant, mais il désormais temps de capitaliser en récupérant davantage de points à l’extérieur pour remonter au classement et aborder ce décisif mois de décembre en pleine confiance.

Malgré près de 10 ans de bouteille, Alexandre Lapandry n’a pas le souvenir d’avoir stagné bien longtemps autour de la dixième place du classement depuis ses premiers pas avec le maillot clermontois sur les épaules. « C’est vrai que cela fait un peu bizarre et que même en prenant le bonus offensif face au LOU, nous ne passons que de la dixième à la neuvième place du classement. La route est encore longue, mais il va falloir aller chercher cette première victoire à l’extérieur pour recoller aux six premières places ». Une ambition partagée par Wesley Fofana qui continue à l’image de son club, sa montée en puissance. « Nous sommes, depuis la déplacement au Stade Toulousain, dans une bonne dynamique. Il faut maintenant parvenir à enchainer. Nous avons commencé notre remontée, il faut que nous soyons capables de la continuer à Oyonnax où nous nous préparons à recevoir un accueil chaleureux dans un stade où la ferveur fait partie intégrante du club. » Un stade Charles-Mathon qui possède une pelouse synthétique qui a conduit les Auvergnats à délocaliser leur séance matinale sur la toute nouvelle pelouse synthétique du complexe des Gravanches. « Même si nous avons déjà joué à Oyonnax, lors des précédentes saisons, il était important de prendre des repères collectifs sur cette surface » affirmait Franck Azéma tout heureux de pouvoir enfin profiter d’un renfort à l’ouverture où les ennuis n’ont fait que se multiplier ces dernières semaines. « Nous connaissons les qualités de Luke. A nous de le mettre dans les meilleures conditions pour que son intégration se passe bien et qu’il soit au plus vite sur la pelouse. » Il faudra, avant cela, attendre la qualification administrative du joueur néo-zélandais qui est encore entre les mains de la FFR et la LNR.

« Oyonnax : une très grosse culture du combat ! »

Comme ses joueurs, le coach des « jaune et bleu » constate «  la bonne spirale actuelle » dans lequel le club évolue depuis quelques semaines. Une dynamique qu’il compte bien entretenir lors des prochaines semaines. «  Depuis quelques temps, l’état d’esprit a basculé, les joueurs se sont retrouvés dans l’appétit de jouer et le plaisir qu’ils prennent sur le terrain. Même si nous sommes encore loin au classement, nous savons où nous en sommes et nous mesurons les progrès effectués. Nous avons eu un début de calendrier très costaud, il faut maintenant prendre les points où ils sont pour se rapprocher de nos objectifs. » Le déplacement dans le Haut-Bugey représente une première opportunité pour les « jaune et bleu » même si le coach auvergnat voit dans cette équipe d’Oyonnax un adversaire bien plus coriace que son classement laisse penser. « Sincèrement, je pense que cette équipe n’est pas à sa place dans le fond du classement. Ils produisent du gros volume de jeu à l’image de ce qu’ils ont fait face au Stade Français, samedi dernier. Les statistiques montrent que les parisiens ont trois fois plus plaqué que les Oyomen lors de la dernière rencontre (environ 330 plaquages contre 120 pour les joueurs d’Oyonnax), cela montre leurs intentions. Nous savons que nous allons dans un stade qui possède une très grosse culture du combat et il faudra éviter de les laisser manœuvrer trop longtemps. » Franck Azéma a donné la recette, à ses joueurs de l’appliquer pour tenter de ramener en Auvergne la première victoire de la saison à l’extérieur qui constituerait le tremplin vers les six premières places du classement.  

171123-falatea.jpg