La mêlée a encore tout dévasté !

image description

A nouveau porté par une mêlée souveraine et un Morgan Parra encore à 100%, Clermont s’impose, sur sa pelouse, face au Stade Français et remonte progressivement au classement. Dans le dur au niveau de sa charnière, les hommes de Franck Azéma qui devaient déjà faire sans Lopez, Fernandez et Laidlaw devront probablement se passer de Cassang, la semaine prochaine, à Montpellier. Wesley Fofana a, lui, pu tenir son poste durant les 80 minutes de la rencontre.

171028-paris-2.jpg
 

Clermont (Stade Marcel-Michelin) temps frais, pelouse excellente, 18 325 spectateurs

Clermont bat le Stade Français 33-10 (mi-temps : 16-3). Arbitrage de M.Poite

Pour Clermont : 3 essais de Raka (13e), de pénalité (49e), Lee (76e), 4 pénalités (4e, 38e, 40e et 69e) et 2 transformations de Parra.

 

Pour le Stade Français : 1 essai de Mcleod (62e), 1 pénalité (18e) de Steyn et 1 transformation de Plisson.

Cartons jaune : Steekamp (fautes répétées, 28e), Fisi’ihoi (fautes répétées, 45e)
 

171028-paris-3.jpg
 

Il n’y a jamais assez de mêlées…

Menés par une charnière Parra-Lavernhe, les Clermontois débutent cette rencontre en s’appuyant sur la puissance de leurs avants. Avec une occupation presque totale, les Auvergnats marquent leur territoire et leurs adversaires au fer rouge grâce à une mêlée, une nouvelle fois, impériale. Dans le sillage d’une première ligne Slimani- Kayser-Chaume, les soldats roses explosent les uns après les autres. Morgan Parra en profite pour ouvrir le score. Au soutien de leur jeune coéquipier, Dorian Laverhne (18 ans) qui fêtait sa première titularisation, Morgan Parra et Scott Spedding ont joué les grands frères en soulageant le jeune ouvreur de la plupart des jeux au pied afin de sortir proprement de leur camp. Il y eut bien quelques coups d’accélérateur de David Strettle, très en vue, mais les « jaune et bleu » ont globalement manqué de soutien offensif et de précision pour assurer la continuité nécessaire. Un jeu au pied de Morgan Parra débloquera la situation. Arias trompé par le ballon, voit Raka arriver comme un avion. Le fidjien récupère et file dans l’en-but pour inscrire son 7ème essai de la saison. La mêlée auvergnate continuera de tracer son sillon tout au long de la rencontre récoltant pénalité sur pénalité. Celles-ci font, petit à petit gonfler, le score à mesure que la première ligne parisienne se disperse, récoltant 2 cartons jaunes successifs. Clermont aura probablement quelques regrets à ne pas avoir tenu suffisamment le ballon dans sa mêlée lors de ce premier acte, voulant trop rapidement lancer une ligne de trois-quarts surveillée de près par sa rivale parisienne, plutôt que de chercher l’essai de pénalité qui viendra plus tard. Qu’importe le score est tout à la faveur des Auvergnats qui tournent sur une avantage de 16 à 3 après une première période qui aura permis de revoir Wesley Fofana sur les pelouses du Top 14.

171028-paris-4.jpg
 

Trop brouillon pour le bonus

Après une première période tout à la faveur des hommes forts de Clermont, la seconde démarre du même pied avec une première ligne intraitable. Slimani fait les pires misères à ses anciens coéquipiers pendant que Raphaël Chaume justifie avant de l’avoir sa première sélection avec les Tricolores. Après un nombre incalculable de pénalités, Monsieur Poite finit par se lasser en accordant un essai de pénalité en faveur de la mêlée clermontoise. Le match est plié mais Mc Leod profite d’un oubli de la défense auvergnate dans le petit côté pour compliquer la recherche d’un bonus défensif qui deviendra le seul intérêt de cette fin de rencontre. Les hommes de Franck Azéma se lanceront bien dans cette quête mais trop brouillon, ils se casseront les dents sur la défense. Clermont payera son incapacité à tenir le ballon sur de longs temps de jeu en voyant une rencontre baisser de rythme et d’intensité. Un rush de Fritz Lee, toujours dans le bon tempo et incisif, offrira un troisième essai aux Auvergnats, mais il manquera un petit quelque chose aux « jaune et bleu » pour aller décrocher le bonus offensif.

 

La mêlée clermontoise est désormais réglée comme du papier à musique, c’est un peu plus compliqué, en ce moment, pour la charnière auvergnate qui perd un joueur par rencontre et doit sans cesse trouver de nouveaux ajustements compliquant le jeu de mouvement des « jaune et bleu ». Qu’importe, les hommes de Franck Azema devront se contenter de cette victoire avant de se serrer les coudes dans une période internationale qui pourrait être périlleuse. A commencer par le déplacement à Montpellier, dimanche prochain.

171028-paris-5.jpg
 

Pour l’ASM Clermont Auvergne
1.Chaume, 2.Kayser, 3.Slimani, 4. Jedrasiak, 5. Timani, 6.Gerondeau, 7.Lapandry, 8. Lee, 9. Parra (cap), 10. Laverhne, 11.Raka, 12.Lamerat, 13.Penaud, 14. Strettle, 15. Spedding.
Remplaçants : 16.Beheregaray, 17.Falgoux, 18.Van Der Merwe, 19.Kolelishvili, 20.Cassang, 21.Toeava, 22.Rougerie, 23.Zirakashvili.

Pour le Stade Français : 1.Steenkamp, 2.Bonfils (cap), 3.Alo Emile, 4.Gabrillagues, 5.Flanquart, 6.Cerqueira, 7.Francoz, 8.Alberts, 9.Coville, 10.Steyn, 11.O’Connor, 12.Danty, 13.Vuidravuwalu, 14.Arias, 15.Ensor.

Remplaçants : 16.Gau, 17.Fifiihoi, 18.De Giovanni, 19.Meite, 20.Mc Leod, 21.Plisson, 22.Yobo, 23.Cittadini.