Interview

« Nous n’avons pas de joueurs qui sortent du lot, mais un gros collectif ! »

image description

Après 9 années passées à Clermont, « Rado » a rejoint le CO à l’intersaison. Une autre vie et un nouveau challenge déjà réussi pour ce garçon aux vertus collectives qui collent parfaitement avec l’état d’esprit du Castres Olympique. En quelques mois, où il est devenu un élément important de l’équipe au point d’être un relais de choix pour Christophe Urios et un meneur de jeu écouté des « gros » du Sidobre. Interview…

Ludovic, ce retour au Michelin ne sera pas un match comme un autre…
Non bien sûr, je suis impatient de revenir dans ce stade. C’est une date que j’avais évidemment cochée depuis longtemps sur mon calendrier. J’ai hâte de revoir les copains et de retrouver un stade que je connais plutôt bien.

Ce retour est-il une motivation ou une pression supplémentaire ?
Ce n’est vraiment que de la motivation. La pression nous ne l’avons pas forcément. Nous sommes dans un bonne période, nous venons de signer notre sixième victoire consécutive en championnat, l’objectif sera simplement de continuer sur la même trame que nous avons depuis quelques semaines au niveau du contenu. Pour l’instant nous vivons une saison tout bonus. Nous n’avons pas de raison de nous mettre plus de pression que cela avant ce déplacement à Clermont qui précédera celui d’Agen.

A titre personnel, cela marche également très bien depuis quelques mois. Est-ce que dans un rôle un peu différent de celui que tu pouvais avoir à Clermont, ce que l’on te demande à Castres correspond mieux à ton profil ?
Je ne sais pas. C’est difficile à dire. Ce qui est certain, c’est que j’adhère pleinement au discours et au projet de jeu de Christophe (NDLR : Urios) et que depuis mon arrivée les choses se passent plutôt bien. Nous ne faisons rien de compliqué mais quand nous mettons beaucoup d’envie et d’engagement nous constatons que nous sommes capables de mettre en place notre rugby et de bousculer beaucoup d’équipes. La vie et l’environnement autour du CO sont moins stressants qu’à Clermont où la pression du résultat est plus lourde. Je me sens très bien depuis mon arrivée dans le Tarn et cela se ressent forcément sur ma façon de jouer.

La force collective du CO est depuis longtemps présentée comme la base de cette équipe : Mythe ou réalité ?
C’est la réalité, le collectif est notre « leitmotiv » tout au long de la saison. Nous n’avons pas de joueurs qui sortent du lot, nous avons de très bons joueurs mais nous avons surtout un gros collectif sur lequel nous nous appuyons pour construire notre saison. Nous sommes une vraie bande de copains qui jouent ensemble à chaque match avec, à l’esprit, l’envie de jouer les uns pour les autres.

« Montrer ma vraie valeur et prouver qui je suis ! »

Vous êtes actuellement troisièmes du championnat. Avec un aussi bon début de championnat, j’imagine que c’est une belle position à défendre…
Nous savons tous que le championnat est encore long, serré et difficile. Il n’y a pas si longtemps que cela nous étions dixièmes. Tout va très vite, d’une semaine à l’autre, entre une victoire et une défaite, on peut gagner ou perdre 4 ou 5 places. Pour l’instant, nous sommes satisfaits de ce début de parcours, mais nous sommes conscients que le chemin est encore long et qu’il nous reste beaucoup de travail à accomplir.

Quel regard portes-tu sur le Clermont 2017-18 ?
On sent bien qu’en dehors de quelques matches de très haut niveau, l’équipe est encore en rodage. Le groupe a eu un peu de mal au démarrage, avec autant de grosses blessures cela n’a pas vraiment aidé à trouver la bonne carburation. Mais je ne me fais aucun souci quand les gars seront revenus et que tout va se mettre en route, ils seront là. La Coupe d’Europe est une bonne rampe de lancement pour la suite de la saison et je suis certain qu’après les phases de poule de Champions Cup, ils redeviendront redoutables.

Tu sais pour avoir longtemps joué sous les couleurs de Clermont combien il est difficile de gagner au Michelin. Que penses-tu pouvoir apporter à tes coéquipiers sur ce match là pour aider le CO à y parvenir ?
Vis-à-vis du collectif, je n’en ai aucune idée . A titre personnel, j’ai envie de tout donner pour montrer ma vraie valeur et prouver aux gens qui je suis. J’ai confiance en notre collectif et au travail que nous fournissons depuis le début de la saison. Nous aborderons ce match comme les autres en nous focalisant sur ce que nous avons l’ambition de produire sans trop nous préoccuper des intentions de nos adversaires.

Un mot pour finir sur l’heure et la date de cette programmation « originale » ?
On ne peut pas dire que ce soit une situation idéale mais notre président nous a annoncé que nous ferons le voyage en avion pour l’occasion. Nous devrions être dans nos familles pour boire un coup à la nouvelle année. Nous n’allons pas nous plaindre. L’an dernier, j’avais en partie organisé le réveillon dans le bus entre Toulouse et Clermont, c’était sympa aussi… Nous avions bien rigolé !