« Pas un choix par défaut, Sam a joué parce qu’il est bon ! »

image description

Après les propos tenus par Provale le coach clermontois, Franck Azéma a tenu à mettre au point certaines choses sur les raisons de la titularisation de Sam Ezeala, dimanche dernier sur la pelouse du Racing.

 

«  Je suis très surpris de lire le communiqué de Provale et les propos qui y sont tenus » s’insurge le directeur sportif des « jaune et bleu ». « Provale ne connaît pas le travail que fait Sam et la place qu’il a dans notre groupe depuis plusieurs mois. Depuis la saison dernière, il s’entraine avec le groupe professionnel, il n’a pas débarqué comme ça du centre de formation du jour au lendemain pour jouer une rencontre de Top 14. Nous attendions qu’il ait 18 ans pour le faire débuter, comme la règle nous y autorise, mais ses premières feuilles de match étaient prévues, anticipées. De nombreux jeunes joueurs comme Dorian ici et de nombreux autres dans le Top 14 ont 18 ans. Il n’a pas joué parce qu’il est jeune mais parce qu’il est bon et sa très bonne première période le prouve comme je suis certain que l’avenir le montrera. » L’entraineur clermontois qui a joint par téléphone Robin Tchalé-Watchou pour lui exprimer son mécontentement s’est vu répondre que « les propos tenus » par le président de Provale « avaient été déformés ».

 

Qu’importe la manière, le fond a également surpris le coach des « jaune et bleu ». «  S’ils veulent avoir notre position et des éclaircissements sur ce joueur j’aurais aimé qu’ils nous appellent avant de communiquer. Ils ne l’ont pas fait. Ils n’ont d’ailleurs pas, non plus, pris le soin de prendre des nouvelles de Sam directement ou par notre intermédiaire. J’en profite pour en donner, Sam va bien, il récupère normalement et sera avec nous ce soir. »  L’allusion aux « joueurs hors-normes » a également fait bondir le coach auvergnat. « Je n’ai jamais reçu de « normes » de Provale qui donneraient le droit ou non de faire jouer mes joueurs et je n’ai pas besoin de ça pour voir que Sam a des mensurations et aussi des performances physiques et musculaires au dessus de nombreux joueurs chevronnés de mon effectif. »  Et de poursuivre : « Si Provale veut aider à faire ce que nous faisons au quotidien, c’est à dire faire en sorte de préserver l’intégrité physique de nos joueurs, ils n’ont qu’à le faire en aidant à la prise de décisions sur des choses qui peuvent avoir un impact sur le court terme à savoir : le format des compétitions, les plages de récupérations obligatoires et les aménagements autour de la règle et de l’arbitrage. »

 

Choqué par le KO comme l’ensemble des joueurs et du staff, Franck Azéma reconnaît avoir eu « très peur pour Sam comme je l’aurais eu pour n’importe quel autre joueur de mon effectif ou celui de mes adversaires qui aurait subi un tel choc. Je n’ai pas fait jouer Sam par défaut mais pour les compétences qu’il a et qu’il est capable d’apporter à l’équipe dans le court et le moyen terme. Personne ne m’a appelé après le KO de Sita (Timani) il y a quelques semaines alors qu’il à une dizaine d’années de plus, et une bonne trentaine de kilos supplémentaires. J’aurais tenu les mêmes propos que ceux que je tiens aujourd’hui. »