« Préparer les joueurs à ce qui les attend dimanche »

image description

Le Leinster comptera sur l’expérience de ses joueurs cadres, de son coach Léo Cullen, qui disputait il y a quelques saisons la demi-finale face aux Auvergnats à Bordeaux, mais aussi sur Stuart Lancaster, l’ancien sélectionneur démissionnaire du XV de la Rose aujourd’hui dans le staff du Leinster, pour préparer les Dubliners à l’énorme ambiance qui les attendra à Gerland, dimanche à 16 heures.

Leader de la Ligue Celte devant le Munster, la province de Dublin est l’une des plus rodées aux phases finales de la Coupe d’Europe. Pourtant, malgré la constellation de stars du XV du trèfle qui peuplent son effectif, le Leinster redoute l’ambiance de cette demi-finale et prépare ses joueurs, en conséquence, comme l’a révélé Stuart Lancaster en conférence de Presse. « Nous devons être conscients de l’environnement dans lequel nous allons mettre les pieds. Cela va ressembler à la demi-finale qu’avaient livrée les Saracens en 2015 (à Saint-Etienne) devant 40 000 fans et environ un millier d’Anglais. Peut-être, il y aura un peu plus de supporters irlandais, mais nous n’équilibrerons jamais la balance », annonce l’ancien sélectionneur anglais un brin fataliste. Une pression de la « Yellow Army » que le Irlandais veulent évacuer le plus vite possible. « J’ai été sélectionneur, confie Lancaster, et j’ai déjà été confronté à ce genre de situation. Je sais que plus on évacue rapidement les questions d’environnement dans la semaine, plus les joueurs peuvent se concentrer sur le jeu à produire. Alors même si nous avons de nombreux joueurs internationaux, beaucoup sont jeunes et nous ne pouvons pas supposer qu’ils sont préparés à cela. Ce sont aux joueurs expérimentés de l’effectif, à Léo Cullen (head coach), ou John Fogarty (entraineur de la mêlée) qui ont connu des ambiances comme celle qui nous attend de faire passer le message aux joueurs en début de semaine pour les préparer au mieux. » Le décor apprivoisé, les Dubliners savent que le match se gagnera sur le terrain, « comme n’importe quel match de rugby, mais au plus haut niveau ! »

 De retours espérés du côté des Blues !

 Privés de quelques internationaux depuis quelques semaines (Ryan, Byrne, Kearney, Conan, Murphy ou Heaslip) l’encadrement du Leinster espère quelques retours pour la demi-finale. « La sélection que nous allons pouvoir faire sera un élément clé » confirme le coach du Leinster. « Nous avons des joueurs qui ont joué 3 finales dans notre effectif. S’ils peuvent postuler, ce sera une très bonne chose pour nous. » Victorieux de la province de l’ouest, le Connacht, la semaine dernière, le Leinster sait qu’il devra proposer mieux pour accéder à sa quatrième finale européenne. « Nous savons que nous devons progresser par rapport à ce match notamment défensivement », analyse Lancaster. «  Nous avons de bons joueurs qui vont revenir (NDLR : seuls 3 joueurs alignés au Connacht étaient titulaires lors du ¼ de finale face aux Wasps). Après une semaine de travail ensemble, je suis confiant, nous serons capables d’être plus propres défensivement que nous l’avons été face aux joueurs du Connacht. » Très respectueux d’une équipe montferrandaise sortie première des phases préliminaires et présente au stade des demi-finales 5 fois lors des 6 dernières années, l’entraineur du Leinster s’attend à un match d’un niveau comparable à celui des Tests internationaux. « C’est exactement cela, confirme Lancaster, car il y a des internationaux des deux côtés qui évoluent au plus haut niveau. Nous aurons aussi deux équipes très offensives qui se feront face. Cette demi-finale est ce qui peut se faire de mieux en termes de jeu. » Personne n’en doute et tout le monde n’a qu’une hâte que Monsieur Nigel Owens donne le coup d’envoi de cette rencontre entre les deux équipes les plus séduisantes de la compétition…