Reportage

Recherche : Commotion cérébrale et protéine S100B

image description

Tout au long de la saison, le staff médical des « jaune et bleu » a mené, en collaboration avec le Professeur Vincent Sapin (Chef de service de Biochimie Médicale au CHU Gabriel Montpied de Clermont-Ferrand) une recherche autour des commotions cérébrales en dosant la concentration sanguine d’une protéine dont les taux augmentent après un choc au niveau de la tête. Une étude pertinente qui pourrait conduire rapidement à son utilisation à une plus large échelle…

La S100 béta : voilà son nom, elle fut au centre de toutes les attentions, cette saison, du côté du staff médical des « jaune et bleu » qui a étudié la moindre de ses variations après chaque choc cérébral recensé.  En partenariat avec l’équipe du Professeur Sapin qui étudie depuis de longues années les dosages de cette protéine lors des traumatismes crâniens, Clermont a mis en place un dosage systématique de la S100B après des phénomènes de choc dans le but de trouver une corrélation entre « état de choc cérébral » et «élévation de cette protéine dans le sang ».

 « Le cerveau un organe pas comme les autres ! »

 Comme une étude récente du professeur Sapin le révèle, l’évolution de ce biomarqueur (chez des patients reçus aux urgences de plusieurs hôpitaux français après un choc cérébral) est significative de la gravité du traumatisme subi. Dans le souci de protéger leurs joueurs, au-delà du cadre imposé par l’IRB, le staff médical clermontois a donc décidé d’extrapoler cette étude aux joueurs de l’ASM. Conscient que « le cerveau n’est pas un organe comme les autres ! » les médecins des « jaune et bleu » Thibault Stiernon et Mathieu Abbot ont porté une attention toute particulière à cette étude. « Nous avons la certitude que le dosage de cette protéine témoigne de façon significative de l’état traumatique du cerveau. Durant la saison, nous avons pu constater une hausse systématique de son taux sanguin après tous les cas de commotions cérébrales avérées sur nos joueurs, et surtout une hausse qui perdurait dans le temps. Ceci contrastait avec les dosages des joueurs qui avaient reçu de nombreux chocs durant un match mais qui n'avaient pas été commotionnés », précise le docteur Stiernon. « Nous sommes même allés plus loin en corrélant les signes cliniques à ce dosage en observant le retour à l’état « normal ». Lorsque le joueur ne ressent plus rien, cette protéine revient à un niveau de base propre à chaque joueur », complète le Docteur Abott. Un taux plus élevé que le niveau de base est une sorte de signal « d’alerte » qui indique que le cerveau est encore « en souffrance » du fait du traumatisme subi et que toutes les précautions doivent être observées. « Le risque est de remettre sur le terrain un joueur dont le cerveau est encore en « état de fragilité » car nous savons très bien, qu’à ce moment-là, le deuxième choc sera encore plus « traumatisant » et potentiellement « dangereux » pour le cerveau du joueur », insiste le Docteur Stiernon. Des risques que ne veulent pas prendre les médecins clermontois qui ont, tout au long de la saison, utilisé la protéine S100B comme une « barrière » au retour sur la pelouse.

 «  Un dosage sanguin, c’est rationnel… »

  « Plusieurs fois nous avons pris la décision de retarder le retour à l’entrainement de certains joueurs qui n’avaient pas retrouvé un dosage « normal » malgré la disparition des signes "évidents" et la possibilité de le faire dans le cadre du protocole « commotion cérébrale » actuel . « Il faut bien comprendre », poursuit le docteur Stiernon, « que beaucoup de signes du protocole sont subjectifs et que les joueurs ont tendance à sous-estimer leurs symptômes pour plusieurs raisons : la première est qu’ils ne se sentent pas blessés ». Le KO, est désormais accepté mais des symptômes moins évidents sont très souvent négligés par les joueurs qui veulent continuer de jouer. « Ils sont dans le court terme et ne prennent pas conscience du moyen ou long terme, pourtant le cerveau peut être ébranlé et donc « dans une situation de fragilité ». La deuxième raison est dans l’interrogatoire post match à 48 ou 72 heures. « Les garçons sont des compétiteurs et ils peuvent volontairement taire les petits signes qui montrent que les séquelles du traumatisme sont encore présentes pour jouer le match suivant…  Avec le dosage, nous les protégeons de cela. Si 36 heures après le match la protéine n’est pas revenue à son taux « standard » (établi en début de saison de façon individuelle pour chaque joueur), nous ne remettons pas les garçons sur le terrain et nous ne franchissons pas le pallier suivant mis en place dans le protocole », avance fermement le docteur Abott. Cela permet d’enlever de la pression ou de la culpabilité «  les dosages sanguins ne mentent pas ! » termine-t-il. A l’ASM pas question de jouer avec l’intégrité physique des joueurs et deux précautions valent mieux qu’une, d’où cette volonté de rechercher de nouveaux biomarqueurs censés protéger leurs joueurs. Après un an, l’heure est aux premiers bilans et au passage du stade « chercheur » à  « précurseur ». Ainsi les médecins clermontois ont présenté leurs travaux (prochainement publiés) au Professeur Decq (neurochirurgien responsable du protocole commotion cérébrale à la LNR et à la FFR) qui, intéressé par cette nouvelle approche, souhaite élargir l’étude de l’apport de la S100B, à d’autres clubs dès la saison prochaine.

 

Grâce à cette nouvelle approche complémentaire au protocole déjà en place, le staff médical des « jaune et bleu » pourrait ainsi être à l’origine d’une mise en pratique à plus large échelle, dans le championnat de France et pourquoi pas bien au-delà… Plus que jamais, lorsque la santé des joueurs est en jeu, il est de l’intérêt de tous de jouer « collectif »…