Tout sauf un coup de Pau…

image description

En une saison, la Section a bondi de 7 places au classement et aborde cette dernière ligne droite de l’année avec l’ambition de conserver son ticket pour les premières phases finales de Top 14 de son histoire. Une évolution sportive réfléchie et préparée qui s’accompagne d’un développement des infrastructures… révélateur des ambitions pérennes du club. Rien ne semble laissé, ni dû, au hasard…

La série continue pour la Section Paloise qui vient de signer face à des Castrais dont on connait la complexité à se défaire une huitième rencontre sans défaite (7 victoires et un nul). Une croissance exponentielle vers les hauteurs du Top 14 où les Béarnais sont désormais en droit de s’installer pour la fin de saison, eux qui étaient en Pro D2, il y a 2 ans seulement. De l’eau à couler dans le gave de la cité d’Henry IV depuis le temps où la Section bataillait avec les meilleures équipes de l’Elite du Rugby au début des années 2000. Le temps où Damien Traille, Jean Bouilhou, Imanol Harinordoquy, Nicolas Brusque et autres Philippe Bernat-Salles faisaient de la capitale béarnaise, le petit coin de Navarre où l’on faisait chanter le cuir et tomber les meilleures équipes du championnat de France. Une dizaine de saisons en Pro D2 ont naturellement émoussé les ambitions et l’éclairage médiatique de la Section qui s’est concentrée sur la formation pour nourrir une équipe première qui a fini par pointer, à nouveau, le bout de son nez entre 2011 et 2014. Un nouveau projet sportif associé à l’arrivée de Simon Mannix leur permettra de retrouver l’élite après une saison en PRO D2 exceptionnelle où personne ne fut en moyen de les inquiéter.

Un nouveau centre d’entrainement et un stade toujours plus grand…

Arrivée du Munster, l’entraineur néo-zélandais puise dans son carnet d’adresse pour faire venir dans le Béarn des joueurs expérimentés et rugueux qui donne à son équipe une assise solide permettant de faire la bascule entre la Pro D2, très axée sur les fondamentaux et la défense et un Top 14, plus complet et exigeant. Sans jamais se couper d’une formation et d’un ancrage local forts, Simon Mannix fait prendre la mayonnaise et ramène les « vert et blanc » dans l’Elite. Là encore, son réseau fonctionne à plein régime, et par touches homéopathiques, il permet à son club de faire de très gros coups, comme l’arrivée des deux champions du monde Slade et Smith, mais aussi des joueurs très expérimentés et précieux de notre championnat comme Julien Pierre, l’ancien pensionnaire de la maison clermontoise. Au fil des saisons, la Section évolue vers une philosophie de jeu de plus en plus ambitieuse où le volume ne représente plus un danger mais une force. Après avoir rapidement acquis le maintien en 2015-16, Mannix continue sa mue en comblant une à une les faiblesses aperçues durant la saison passée. De nouveaux joueurs (Armitage, Taylor ou Dupichot pour ne citer qu’eux) rejoignent l’aventure et donnent encore un peu plus de consistance à un groupe qui ne va pas mettre longtemps à s’affranchir d’un maintien qui n’a jamais vraiment été une menace. Aujourd’hui, les Béarnais peuvent regarder devant et se déplacer sans la moindre pression au Michelin si ce n’est de préparer la réception du leader Rochelais qui pourrait les installer encore un peu plus dans le club des 6 au bénéfice d’une victoire de plus au Hameau.… Le bilan sportif est déjà une réussite, il pourrait devenir fabuleux si les hommes de Mannix sont capables de tenir le rythme d’un championnat qui se terminera par des confrontations face aux deux clubs parisiens (qui bientôt ne formeront plus qu’un) mais aussi la réception de Brive avant un dernier déplacement à Toulon.

La réussite va bien au-delà du simple carré vert où les Palois proposent un des systèmes de jeu les plus complets du championnat puisque le développement du club suit l’engouement qu’à fait renaître la Section dans ses terres béarnaises. Une nouveau centre d’entrainement est désormais opérationnel pendant que le stade du Hameau n’en finit plus de sortir de terre de nouvelles tribunes et proposera, en septembre prochain, une enceinte capable d’accueillir près de 18 500 supporters. De quoi donner encore un peu plus de résonnance à la Honhada, l’hymne des « vert et blanc » qui fera, tôt ou tard, trembler les plus grands clubs européens de retour au pied du pic d’Ossau.

billetterie-pau.jpg
 

 Il reste encore des places dans toutes les catégories pour assisiter à la rencontre dont le coup d'envoi sera donné samedi 18 mars à 18h30 sur la pelouse du michelin. Réservez dès maintenant...