Club

« Je suis très fier de l’image véhiculée par notre club sur et en dehors du terrain »

image description

Revenu, dimanche soir de la tournée au Japon, le président de l’ASM Clermont Auvergne, Eric de Cromières revient sur ce voyage à l’autre bout du monde. Très fier du rôle d’ambassadeur tenu par le club, il dresse un bilan très positif de ce voyage au pays du Soleil Levant. Entretien…

Eric qu’avez-vous envie de retenir de ce voyage au Japon ?
Nous avons vraiment apprécié l’accueil de nos amis japonais. Derrière une certaine distance imposée par leur culture, ce sont des gens très chaleureux. Quand on arrive à se rapprocher d’eux et entrer dans leur univers, ils se révèlent très sympathiques et c’est ce que nous avons, tous, ressenti tout au long de cette semaine, et cela même si la communication n’est pas très facile (NDLR : très peu de japonais parlent anglais). Nos installations étaient parfaites, juste à côté du stade, le tout dans une organisation japonaise toujours très stricte et méticuleuse. Nous avons profité de cette semaine pour faire quelques visites et découvrir une nouvelle culture très différente de la nôtre. Les jeunes ont montré de la curiosité, de l’ouverture d’esprit mais aussi beaucoup de respect pour la tradition ancestrale japonaise qui est omniprésente dans les domaines que sont l’artisanat, l’histoire, la façon de vivre ou la gastronomie. L’ensemble du groupe a été très réceptif à tout cela et a, je pense, beaucoup appris de cette semaine de vie en commun. En ce qui concerne notre match, il fut très propre. Il a, certes, manqué d’intensité mais il fut marqué par la mobilité et l’agilité de nos adversaires qui se sont beaucoup employés durant les 80 minutes d’une rencontre très agréable à suivre. L’équipe des All-Stars était compétitive avec 6 joueurs des Kobe Steel (Champions cette année, l’équipe de Dan Carter) 6 des Suntory Sungoliath (vice-champion, l’équipe de Matt Giteau) renforcé par deux anciens All-Blacks soit 8 internationaux actuels et une dizaine de joueurs potentiellement concernés par la prochaine Coupe du Monde. Notre équipe articulée autour de certains « anciens » et remaniée de certains jeunes a réalisé une belle performance en inscrivant 50 points devant plus de 10 000 spectateurs, ce qui est très respectable pour le Japon. Cela prouve aussi que les Japonais avaient pris cette visite au sérieux et que ce match de charité au profit des victimes du Tsunami de Fukushima en 2011 a eu un bel écho dans le pays. Pour le club, je retiendrais,  également, la manière dont nous avons été reçus à l’ambassade de France à Tokyo et la façon dont nous avons représenté à la fois notre club mais aussi la Ligue Nationale de Rugby  lors de cet évènement. Je pense que nous avons été de bons ambassadeurs à tel point que la ministre des Sports, Roxana Maracineanu et l’ambassadeur de France sont venus assister à la rencontre quelques jours plus tard à plus de 300 kilomètres de Tokyo. Madame la ministre a eu des mots très agréables et élogieux envers le club, cela nous a beaucoup touchés.  

Franck (Azéma) avait mis l’accent sur la responsabilité du club et de chacun dans, justement, ce rôle d’ambassadeur du Rugby français lors de ce déplacement. En ce point, tous ont été irréprochables …
Absolument, tout le monde était conscient de ce rôle et je crois que le comportement de l’équipe sur et en dehors du terrain a été remarquable. Je suis très fier de la manière dont nous nous sommes comportés et tant que Rubgyman mais aussi en tant qu’Homme. L’ensemble de la délégation s’est montré souriant, à l’écoute et la découverte de cette culture japonaise. Tout le monde a appris quelques mots usuels pour répondre à la politesse et la bienveillance de nos hôtes, c’était très sympathique.

La fin de cette semaine a été émaillée de belles images de fraternité et de complicité entre les deux équipes et le public…
(Il coupe) Ah oui… C’était formidable d’assister à cela avec un peuple qui peut paraitre sur la réserve. Cela a débuté par notre animateur, Loni Uhila, qui a réussi à impliquer les joueurs japonais dans la célébration, habituellement réservée à l’intimité du vestiaire clermontois après les rencontres. Ce fut de superbes images de voir les deux équipes partager cela. Les équipes ont ensuite fait, ensemble, un tour d’honneur devant un public conquis qui a vu les Clermontois venir vers eux et monter en tribune pour signer des autographes. La fin de match fut vraiment un grand moment de partage auquel la ministre des sports ainsi que les représentants des ligues française et japonaise ont fini par se mêler lors d’une photo réunissant les deux équipes.

" La multi culturalité fait vivre le groupe et l’enrichit " 

De retour en France, nous avons constaté que cette tournée avait été très suivie par nos supporters, malgré le manque d’enjeu de la rencontre et le décalage horaire. Etes-vous surpris de cela ?
Oui un peu, mais je crois que nous nous étions donnés la peine de nous rapprocher de nos supporters en faisant suivre cette tournée à travers de l’information, des éclaircissements, des moments de vie du groupe sur notre site et nos réseaux sociaux. C’était un moyen de rapprocher nos supporters durant ce lointain voyage. Je pense que cela a été apprécié et j’en suis très heureux. Le Japon est le pays du Soleil Levant, il entretient un peu de mystère, quelque chose d’indéchiffrable à l’image de son écriture et pouvoir faire partager la vie du groupe à plus de 10 000 kilomètres de Clermont fut probablement intéressant pour nos supporters. En tout cas, il était important pour le club d’être dans cette démarche de partage avec notre communauté.

Ce voyage fut très enrichissant pour chacun. Peut-on être amené, dans le futur, à voir le club partir à la conquête de nouveaux horizons rugbystiques ?
Bien sûr. De nature, nous sommes un club très ouvert sur l’extérieur et sur la richesse de la diversité. Nous ne sommes pas enfermés en France et encore moins en Auvergne, même si nous sommes très fiers d’être des porteurs de notre territoire. Notre effectif est composé de nombreuses nations et tout au long de l’année cette multi culturalité fait vivre le groupe et l’enrichit. La direction du club veille à entretenir de bons rapports avec les diverses nations dans le monde du rugby : les clubs européens, le Japon mais aussi le territoire américain où nous avons, désormais, quelques contacts avancés pour des projets futurs.

Un mot pour finir sur Jean-Pierre Romeu qui faisait partie de la délégation clermontoise lors de ce voyage …
Notre ami Jean-Pierre, « la Légende » du rugby français et clermontois nous a permis d’évoquer l’histoire du club mais aussi le rugby français prestigieux auquel il a grandement contribué il y  quelques dizaines d’années. Pour les Japonais, les All-Blacks sont la référence, Jean-Pierre les a battus à 2 reprises en 3 confrontations, cette anecdote a beaucoup marqué nos hôtes. Il fut aussi du Grand Chelem en 1977, avec les 15 mêmes joueurs ayant joué toutes les minutes de tous les matches lors de cette édition du Tournoi. Pour les Japonais, cela a aussi quelque chose de fascinant. Jean-Pierre illustre, ainsi, toute une partie de l’histoire de rugby français. En plus de cela, Jean-Pierre a de réelles facilités dans le contact et porte une image sympathique et conviviale de notre club qui fut également très appréciée lors de cette tournée au pays du Soleil Levant.