Apprendre à lutter contre l’impatience

image description

Déçus de n’avoir rien ramené de leur dernier déplacement à Castres malgré un énorme investissement et un engagement sans faille, les hommes de Jono Gibbes regrettent le manque d’efficacité dans les zones de marque qui a compromis leurs chances de qualification à trois matches de la fin des phases finales. Remobilisés et reboostés par leur entrainement dans l’Allier au contact de leurs supporters, ils accueilleront les Parisiens avec beaucoup de motivation et l’envie de contenir une impatience qui a pu les faire perdre de précieuses munitions au moment de scorer. Le temps est, plus que jamais, à l’efficacité…

 

L’entraineur clermontois, Jono Gibbes, n’a pas caché la déception de son groupe en début de semaine. « Il y a forcément de la déception après ce match où nous avions mis beaucoup d’investissement dans un contexte et des conditions difficiles pour, au coup de sifflet final, revenir sans rien en Auvergne. » Dans des conditions météorologiques apocalyptiques, les Tarnais ont mieux su s’adapter en se montrant d’un pragmatique que la séance vidéo a souligné.  « Nous n’avons pas maitrisé totalement nos possessions dans les zones de marque », relève Yohan Beheregaray. « Dans les rucks, dans leurs moments forts, les Castrais ont été plus propres que nous, plus lucides. Nous avons parfois fait preuve de précipitation, d’impatience. C’est ce qui nous coute le match. » « D’autant que les Castrais ne sont jamais venus dans nos 22 mètres mais ils se sont nourris de nos erreurs », ajoute Marvin O’Connor frustré, comme l’ensemble du groupe après cette occasion perdue, … mais pas encore résigné. « Il reste encore des matches à jouer. J’ai toujours été élevé avec l’idée que l’on ne sait jamais de quoi le sport est fait et que tant qu’il y a de l’espoir… » Remobilisé et prêt à repartir sur la pelouse du Michelin, Marvin affirme n’avoir qu’une chose en tête « foncer droit devant, gagner des matches … et faire les comptes à la fin. » 

 

« On progresse mais mes attentes sont encore supérieures ! » Jono Gibbes

 

 

220428-behere.jpg
 

 

Face à une équipe parisienne bousculée par les déclarations de son président il y a quelques semaines et toujours mathématiquement en course pour les 6 (ou 8) premières places du classement, il sera question de « défendre son territoire » annonce Jono Gibbes qui se prépare à un affrontement face des Parisiens « qui présentent beaucoup de menaces et un jeu complètement différent de celui des Castrais. » « C’est une équipe qui va venir avec des intentions, de gros porteurs de balle et quelques facteurs X que nous devrons contenir », complète le talonneur auvergnat avant de refuser de se projeter plus loin que ce match. « Nous savons que nous n’avons plus notre destin en mains et que même si nous sommes capables d’aligner 3 victoires (même bonifiées) il n’est pas certain que nous accrochions une place dans les six, alors on va se concentrer sur ce que nous pouvons maîtriser : notre prochaine rencontre et nous actualiserons au fil des semaines restantes. »Dominateurs sur les phases de conquête dans le Tarn et en constante progression depuis le début de saison, il en faut plus pour satisfaire les hommes de Jono Gibbes. « C’est vrai que la touche et la mêlée fonctionnent mieux que la saison passée », confirme Yohan, mais si nous étions si performants, nous ne serions pas là où nous en sommes au classement. » Car c’est bien l’efficacité qui est dans le collimateur du coach clermontois. « Nous manquons de patience, nous nous précipitons parfois… C’est vrai que les ballons portés sont bien mieux, nous avançons mais il manque un peu de précision, de confiance peut-être, pour parvenir à conclure. Nous nous sommes améliorés, mais mes attentes sont encore bien supérieures à ce que nous produisons. »

 

Alors que le temps presse et que le sablier du Top 14 s’égrène, Clermont pointe à la 9ème place du championnat avant cette 24ème journée. « La saison a été en dents de scie », confirme Marvin O’Connor. « Ce match face au Stade Français est une belle occasion de montrer que l’ASM est encore là. C’est aussi un match où nous voulons rendre hommage à un joueur comme Morgan Parra qui disputera son 300ème match en Jaune et Bleu ». Une nouvelle occasion que personne ne veut (et doit) laisser passer… 

 

Réservez vos places dès maintenant pour la rencontre face au Stade Français Paris (samedi à 17h au MIchelin)