Préparation

BATH… une belle destination ?

image description

Il existe plusieurs manières d’envisager un déplacement à Bath.

Sur le volet touristique, Bath est une ville de 84 000 habitants, située dans la campagne vallonnée du sud-ouest de l'Angleterre à quelques kilomètres de Bristol. Elle compte une diversité de théâtres, musées et autres lieux culturels et sportifs, ce qui a aidé à faire de la ville un haut lieu de villégiature. Elle est réputée pour ses sources chaudes et son architecture du XVIIIe siècle. La pierre de Bath, caractérisée par sa couleur miel, est mise à l'honneur dans toute la ville. Le musée des Thermes de Bath trône sur les bains datant de l'ère romaine, et comprend le Grand Bain, ainsi que plusieurs statues et un temple. Le thé de l'après-midi est servi dans la Salle des pompes du site et les visiteurs peuvent profiter des bains du Thermae Bath Spa…

Bath, « C’est ma ville de cœur ! » affirme Nick Abendanon, qui y joua des années avant de venir à l’ASM et qui devrait y fêter son 50ième match de Coupe d’Europe. En dépit de cette belle déclaration, il y a fort à parier que cette version à la fois bucolique et romantique ne soit pas au programme de nos joueurs clermontois ce vendredi !

Morgan Parra le confirme : « Bath est un des plus beau club anglais, une grosse équipe, qui n’est pas à sa place dans les divers classements. Ce sera très dur, dans un climat plutôt hostile avec une météo peu engageante, et un énorme défi à venir ». En effet, en dépit de ses 2 défaites initiales sur la scène européenne, Bath affiche des statistiques de haut niveau avec respectivement 100% et 89% de mêlées et touches gagnées ainsi 89% de plaquages réussis. La 3ème ligne avec la présence de François Louw et Sam Underhill, donne une idée de l’adversité. Franck Azéma insiste : « Après leur défaite à domicile contre les Saracens, ils auront un esprit revanchard, nous allons évoluer dans un contexte tendu ». Mais comme le glisse Morgan Parra « on joue aussi au rugby pour disputer ce type de match qui obligent à élever le curseur dans tous les domaines ».

 

Tirer les enseignements du match en Ulster

Paradoxalement, Bath va jouer son 100ème match en Coupe d’Europe mais ce sera la 1ère confrontation entre ces 2 équipes en Champions Cup (après une demi-finale en 2004 et une finale en 2007, remportées par l’ASM en Challenge européen).

Dans cette édition 2019/2020, ce sera, comme le confie Sitaleki Timani, « un match clé ». Malgré l’enchainement des matches depuis le début de saison il se dit « préparé et prêt pour l’évènement. Et même si ce sera sans doute très serré, nous pouvons le faire ! ». Pour cela Nick Abendanon avoue avoir beaucoup appris du visionnage du match en Ulster. « Sur le jeu au pied, le jeu aérien ou sans ballons nous avons tous constaté des manques et face aux conditions du moment, il faudra être capable d’adapter notre jeu aux circonstances. Cela devra compléter une agressivité et une conquête irréprochables ».

Franck Azéma resitue simplement le contexte : « Ce match en back to back est forcément un tournant, il n’est pas pour autant éliminatoire, mais il faudra être à la hauteur. Les sensations de la semaine (trop courte !) ont beau être positives, la seule vérité est celle du terrain. Ce sont les actes qui comptent. Alors seulement on pourra dire que l’on voyage différemment, que le partage est intense et que les sensations sont fortes pour l’équipe et le Club. C’est dans ces rendez-vous avec une bonne pression que l’on forge le caractère d’un groupe. »

Il est confirmé que le voyage asémiste de ce vendredi sera beaucoup plus orienté « gros défi » que tourisme culturel !

 

nick.jpg