Benson Stanley « les Tricolores ont toutes leurs chances ! »

image description

Son oncle Joe, compte 27 sélections sous le maillot de la fougère argentée, son cousin Jeremy :  3 tout comme lui (lors de la tournée estivale en Europe de 2010). Les All-Blacks sont une tradition familiale pour les Stanley. A quelques jours de la dernière confrontation des Bleus face aux Blacks Benson nous livre sa vision sur cette institution que représente les All-Blacks et son regard sur le match à venir. 

 

 

Benson, qu’est ce qui fait que la Nouvelle Zélande qui est 10 fois moins peuplée que la France soit depuis plus de 100 ans la meilleure nation du monde ?

Nous sommes 10 fois moins nombreux mais la grande différence est que le Rugby est le sport numéro 1 en Nouvelle-Zélande. C’est presque une religion. Tous les enfants pratiquent le rugby, aucun talent ne passe à travers les mailles du filet. Les enfants jouent avant l’école, à midi, le soir, tous jouent durant leur enfance même si ce n’est pas toujours dans des conditions très formelles. Le rugby est présent dans toutes les écoles, les compétitions débutent vraiment au niveau des collèges et lycées où les premières sélections se font. Tous les jeunes néo-zélandais sont fiers de jouer pour leur collège ou leur lycée et les compétitions sont de très haut-niveau. Les Filles sont également de plus ne plus nombreuses à jouer au Rugby. En résumé, je ne suis pas sûr qu’il y ait vraiment beaucoup plus de pratiquants au niveau des clubs en Nouvelle Zélande qu’en France mais, il est certain que la Nouvelle Zélande exploite son meilleur potentiel de joueurs alors qu’en France, les enfants sont beaucoup plus dispersés sur d’autres sports (NDLR : Football, Basket, Handball, Tennis, Judo, etc…) et probablement beaucoup de talents potentiels partent dans d’autres sports. 

 

« La culture néo-zélandaise est basée sur l’humilité, alors même si tout le pays, tous les enfants, connaissent tous les All-Blacks, les joueurs ne sont pas traités comme des stars et tous les Blacks existent avant tout pour et à travers leur maillot et personne n’hésite à leur remettre les pieds sur terre lorsque l’occasion se présente. » 

 

Alors que toutes les nations sont dépendantes des générations de joueurs, chez les Blacks le réservoir semble inépuisable …
Peut-être, les Blacks savent surtout travailler sur le moyen terme. Ils travaillent depuis quelques temps au remplacement de certains joueurs cadres comme Conrad Smith, Ma’a Nonu ou Dan Carter. Les joueurs en place ne sont pas encore vraiment établis mais la structure les aide à se développer. Plus que les joueurs, c’est l’institution qui donne cette impression. La France possède actuellement une génération dorée qui a remporté à 2 reprises la Coupe du Monde des moins de 20 ans. Ils ont une génération probablement encore plus talentueuse que les All-Blacks. Ils commencent à prouver cela au niveau international, cela va être très intéressant de voir jusqu’où ils sont capables d’aller. 

 

Tu as été All-Black qu’est-ce que cela représente pour un joueur néo-zélandais ?

Honnêtement, pour tous les enfants qui jouent au Rugby, atteindre les All-Blacks est un rêve ultime. C’est un rêve que tu construis tout petit quand tu les vois faire le Haka et que tu peux entretenir tout au long de ton développement lorsque tu as la chance de jouer pour ton collège, ton lycée, puis les équipes de Super Rugby. Tous les joueurs qui deviennent All-Blacks savent comment faire le Haka car c’est un rêve qu’ils ont depuis bien longtemps en tête. La culture néo-zélandaise est basée sur l’humilité, alors même si tout le pays, tous les enfants, connaissent tous les All-Blacks, les joueurs ne sont pas traités comme des stars et tous les Blacks existent avant tout pour et à travers leur maillot et personne n’hésite à leur remettre les pieds sur terre lorsque l’occasion se présente. 

 

Que penses-tu de cette équipe All-Black dirigée par Ian Foster ?
C’est une équipe qui domine peut-être moins qu’elle a pu le faire par le passé mais cela est aussi la conséquence du niveau des autres nations qui a considérablement augmenté. Les Sud-Africains, par exemple, sont très difficile à battre, on a vu la semaine dernière que l’Irlande est capable de battre les Blacks, les Français en sont aussi capables. Il y a plusieurs façons d’y parvenir mais la finalité est toujours la même, tous les entraîneurs cherchent à mettre en place un lancement ou un porteur de balle qui avance, ou alors une défense qui avance. Si tu parviens à jouer dans l’avancée, alors tu as fait un grand pas vers la victoire. Il faut maîtriser ces fondamentaux, si tu n’y parviens pas tu peux te mettre en difficulté, c’est ce qui est arrivé aux Blacks samedi en Irlande.

 

Ils viennent d’être battus par l’Irlande (29-20). Bonne ou mauvaise nouvelle pour la France qui ne les a pas battus depuis 2009 (22-27 à Dunedin) ?

Je pense que c’est plutôt une bonne nouvelle car ils vont se préparer à jouer la plus difficile équipe des Blacks. Ils vont être déterminés des deux côtés pour bien terminer cette série, on se prépare à un très gros combat. 

 

D’où vient le danger face à cette équipe ?
Le plus grand danger c’est quand cette équipe commence à avancer comme elle a pu le faire face aux Gallois. Avec les « skills » (leur dextérité) qu’ils maîtrisent parfaitement dans toutes les lignes dès qu’ils sont capables de jouer dans leurs structures et en avançant, ils sont très difficiles à arrêter. S’ils sont capables d’avoir des libérations rapides et commencent à jouer dans la défense, alors là …danger ! C’est une peu comme les Toulousains dans notre championnat, si tu n’arrives pas à contenir le premier rideau et qu’ils arrivent à jouer face à une défense qui recule, cela devient très compliqué.

 

On sait que la France ne fait pas forcément de la possession sa priorité, au contraire des Irlandais qui ont probablement gagné leur rencontre sur l’affrontement de leur paquet d’avants, devront-ils réadapter leur jeu face à cette équipe à qui il vaut mieux éviter de laisser le ballon. 

Je ne sais pas, je ne pense pas. Cela dépend de la manière de faire, si tu joues au pied sans être capables de mettre une très grosse pression, cela va favoriser le jeu des All-Blacks qui n’attendent que cela : porter le ballon dans les espaces. Un mauvais jeu au pied, sans chasse derrière et sans structure, c’est un cadeau pour les Blacks mais la France est plutôt efficace dans son kicking-game, ils possèdent de très bons joueurs capables de taper partout et dans toutes les positions sur le terrain. Les Sud-Afs font un jeu un peu similaire avec beaucoup de jeu au pied et une grosse défense derrière qui a mis les Blacks sous pression. Ils sont aussi très efficaces sur leurs opportunités de scorer, la France est capable de jouer selon son modèle comme le font les Springboks. 

 

Les Français n’ont plus battu les Blacks depuis 12 ans ? Est-ce pour cette fois ?

S’il y a une chance de battre les Blacks depuis 12 ans, samedi est probablement la meilleure opportunité de le faire. Avec les joueurs qu’ils ont, l’équipe qui se met bien en place collectivement, les Français ont toutes les chances de leur côté pour aller chercher la victoire.