B.Goutta « Dans les moments difficiles tu te recentres sur les bases ! »

image description

Après une performance majeure de son paquet d’avants face à la référence européenne en la matière, Bernard Goutta a déjà basculé sur le déplacement à Pau où il sait son équipe attendue. Devant une infirmerie bien remplie, il compte bien trouver des solutions et mobiliser les forces vives du club pour terminer l’année 2017 à la hauteur des ambitions de son club. Entretien…

Bernard, j’imagine qu’après cette double confrontation remportée 9 points à 1 face aux joueurs des Saracens il y a pas mal de satisfaction dans le groupe…
Bien sûr, nous avons surtout su valider le très bon match disputé sur la pelouse de l’Allianz Park. Cette victoire nous avait mis dans une situation confortable au niveau de la confiance, fallait-il pour cela qu’elle soit validée par le deuxième match. Nous savions que les Sarries allaient venir avec d’autres intentions au niveau de l’intensité, de l’agressivité et l’envie de laver l’affront du match aller. Nous n’avons pas été surpris et nous avons trouvé les ressources pour valider le premier match et terminer le boulot. Les Anglais étaient venus au Michelin avec un curseur très élevé au niveau de l’agressivité, ils ont un peu basculé du côté de l’indiscipline car nous avons su les provoquer à nouveau et les bousculer dans leurs certitudes.

C’est une sacré challenge relevé pour tes joueurs qui avaient face à eux la référence européenne dans le jeu d’avants au niveau de la précision et de l’efficacité…
Oui, nous avons construit nos victoires sur la grosse performance de nos avants qui ont fait bien mieux que résister face aux Anglais. Nous avons mis cette équipe à mal, notamment en mêlée fermée mais aussi sur les ballons portés ou dans l’exercice des rucks. Face à ce beau défi, les avants de l’ASM ont répondu présent.

On sent depuis plusieurs semaines une force, une puissance émaner de ce paquet d’avants quels que soient d’ailleurs les hommes qui le constituent…
Certainement, et je crois que le fait que nous perdions beaucoup de joueurs en ce moment recentre encore un peu plus le groupe sur ses bases. Les avants sont au cœur du combat, à la base de notre sport et quand il est difficile de mettre ton jeu en place, d’exprimer ton véritable ADN, tu dois te retrancher derrière les fondamentaux, les bases. C’est ce que nous avons très bien su faire lors des dernières semaines, notamment au niveau du combat, de la défense ou des phases statiques, le tout avec une générosité incroyable de chacun des mecs qui a porté le maillot. A nous maintenant de garder ce même niveau d’engagement et de performance sur le Top 14 où nous avons besoin d’aller chercher des points.

Après ces deux semaines européennes de très haut niveau, le risque de décompression existe-t-il ?
Non, je ne pense pas car au contraire quand tu bats les Saracens, double-champions en titre tu viens de faire le plein de confiance et tu n’as qu’une envie surfer là-dessus. Il doit y avoir du relâchement, dans le sentiment du devoir accompli, mais pas un relâchement mental qui pourrait te pousser à te prendre pour un autre. Ce n’est pas dans l’état d’esprit du club et certainement pas dans le mien.

Le staff doit-il tout de même se montrer vigilant ?
Nous devons toujours l’être mais sur cette période nous sommes surtout focalisés sur la fatigue que peuvent accumuler les joueurs à cette période. Cette double-confrontation a certainement laissé du jus et il faudra apporter de la fraicheur à l’effectif. D’autant que les Palois ont largement fait tourner leur effectif et auront un avantage sur cette préparation-là. A nous de garder ce qui a fait notre force lors de ces deux derniers matches et faire en sorte de l’exporter au stade du hameau samedi soir. Nous n’avons pas le confort suffisant pour faire comme si ce match ne comptait pas. Même si nous sommes toujours invaincus à domicile, ce qui nous permet d’être en vie dans ce long championnat de France et d’espérer, nous savons que pour basculer sur les six premiers, il faudra être capables d’aller chercher une victoire à l’extérieur en continuant d’assurer à domicile. Si ce n’est pas à Pau, ce sera ailleurs, mais je peux garantir qu’il n’y a qu’une seule chose qui nous anime désormais après avoir basculé sur le Top 14, c’est recoller aux six premiers.

 Un mot pour finir sur le contexte avec ces deux matches positionnés autour des fêtes de fin d’année ? Est-ce que cela dissipe un peu tout le monde et complique la préparation de match ?
Il y a de la parité en tout cas. Tous les clubs sont dans cette situation et commencent à y être habitués. Tout le monde sera dans les mêmes difficultés de préparation. Notre difficulté propre réside plus dans la gestion de notre effectif puisque en plus des blessés nous devons gérer les vacances de nos internationaux. Certains postes se retrouvent à flux tendu et il faut trouver des solutions pour l’équipe. Cette difficulté est aussi excitante pour un entraîneur qui doit, avec les moyens dont il dispose, faire en sorte que le rendement de son équipe soit le plus efficace possible. On se gratte un peu la tête, mais c’est assez stimulant de s’impliquer pour remobiliser toutes les forces vives restantes vers l’objectif de cette fin de semaine puis ensuite du match suivant. 

à lire aussi