Biarritz, dernière danse à Aguilera

image description

Au contact jusqu’à Noël avec Perpignan et Brive, les Biarrots ont fini par céder après une phase retour trop compliquée pour espérer échapper à la relégation qui a été mathématiquement actée après la lourde défaite face à Castres (13 à 48) lors de la dernière journée de Top 14. Il ne reste aux hommes de Steffon Armitage qu’une dernière danse à domicile avant de terminer leur passage en Top 14 par un déplacement à Toulouse.

 

Les deux victoires inaugurales à domicile face à Bordeaux et au Racing 92 avaient fait naître l’espoir du côté du parc des sports d’Aguilera à peine remis de la fête mémorable qui avait secoué sa pelouse lors de la victoire face aux voisins bayonnais lors de la finale d’accession de la saison précédente. Malgré un recrutement intéressant de quelques joueurs expérimentés (James Cronin, le pilier irlandais, Tomas Cubelli, le demi-de-mêlée des Pumas, ou la star australienne Tevita Kuridrani), le Biarritz n’a pas pu lutter sur la durée. Secoué par de nombreuses blessures notamment devant ainsi que par une mise en route bien trop lente des recrues, le BO a progressivement glissé dans le fond du classement jusqu’à décrocher.  Trop friables défensivement, (le Biarritz Olympique possède la plus faible défense du championnat avec 99 essais encaissés en 24 matches soit : 4 essais et 32 points en moyenne par match), les Basques ont perdu à 7 reprises sur leur pelouse d’Aguilera sans jamais être capables de s’imposer à l’extérieur (seule équipe avec Brive à n’avoir jamais gagné en déplacement). 

 

Johnny Dyer et Mathieu Hirigoyen ont surnagé ! 

 

Le destin des Basques a définitivement basculé du mauvais côté après la défaite à domicile de trop … celle face aux Catalans de l’USAP en janvier dernier (23-25 lors de la 15ème journée). Un coup de massue dans une atmosphère délétère entretenue par des rapports tendus avec la ville autour du projet d’aménagement municipal du parc des sports. Le BO a relevé la tête en dominant, devant leur public, les Rochelais avant de couler progressivement et définitivement, alignant (série en cours) 7 défaites consécutives qui ont mathématiquement entériné leur relégation, 10 mois après leur retour dans l’élite. Avec le plus petit budget du Top 14, l’effectif du BO qui a souvent rivalisé n’a pas pu tenir la distance et a dû se résigner. Pourtant, certains joueurs ont tout donné à l’image du seconde (ou troisième) ligne fidjien Johnny Dyer qui termine la saison en tête du classement des gratteurs du championnat avec 35 ballons gagnés dans les zones de ruck (le Briviste Said Hireche est très loin derrière avec 18 ballons !) ou le jeune troisième ligne Mathieu Hirigoyen (champion du monde U20) qui est l’un des joueurs les plus utilisés du championnat ainsi que l’un des meilleurs plaqueurs (10 plaquages /match et plus de 90% de réussite) ou encore le jeune talonneur Lucas Peyresblanques (les deux derniers sont annoncés au Stade Français la saison prochaine). Tous auront envie de laisser une dernière belle image du BO en Top 14 avant de redescendre construire l’avenir du club à l’échelon inférieur avec l’espoir d’y revenir très vite.   

 

220517-bo-2.jpg