Bordeaux siffle la fin de l’aventure des hommes de Franck Azéma

image description

Les hommes de Franck Azéma qui auront manqué d’efficacité en début de match ainsi que de discipline et d’expérience en seconde période, butent face à une équipe girondine qui a pris confiance au fil de la rencontre à l’image de son buteur Mathieu Jalibert auteur de 20 des 25 points de son équipe. Irréprochables sur l’engagement, les Auvergnats, tenus au contact par un Morgan Parra toujours aussi précis et précieux, auront manqué de maîtrise sur les détails qui font la différence lors des phases finales. Les Bordelais poursuivent leur chemin vers Lille où ils retrouveront les Toulousains pour un remake de la demi-finale européenne.

 

intermarche-banniere.jpg
 

 

Bordeaux (stade Chaban-Delmas) temps chaud, pelouse parfaite ,5 000 spectateurs. Bordeaux bat Clermont 25-16 (mi-temps : 13-7) Arbitrage de M.Gauzere

Clermont : un essai de Penaud (7e), 3 pénalités (43e, 53e, 62e) et une transformation de Parra

Bordeaux : un essai de Maynadier (37e), 6 pénalités (23e, 33e, 50e, 59e, 66e et 76e) et une transformation de Jalibert 

 

iturria-light.jpg
 

 

Le pressing clermontois fait déjouer l’UBB

Dans un stade Chaban-Delmas qui retrouvait des supporters, ce sont les Clermontois qui réalisent la meilleure entame de match en mettant une énorme pression aux Bordelais qui perdent plusieurs munitions. Dès la 7èmeminute la mêlée girondine est bousculée et le surnombre est parfaitement joué par les arrières clermontois qui décalent Damian Penaud le long de la ligne pour un essai imparable. Morgan Parra transforme et donne 7 points d’avantage à ses hommes. L’UBB tente de réagir mais la pression mise par le paquet d’avants de l’ASM étouffe les Bordelais qui multiplient les fautes de main. Dans le fond du terrain, Matsushima, Penaud et Raka sont dangereux lors de toutes leurs interventions mais la défense locale est en place. La pause fraîcheur nécessaire dans l’étuve girondine va couper l’élan auvergnat puisque dès la reprise, les « jaune et bleu » vont tomber dans l’indiscipline (8 pénalités en première période) et laisser des opportunités à l’UBB. Jalibert saisit la première (23e) puis récidive (33e) après un mauvais jeu au pied clermontois, ramenant les siens à un point. La première période arrive à son terme et Clermont fait le dos rond mais un lancer perdu à 5 mètres de leur ligne lobant le sauteur va permettre à Maynadier de marquer un essai aussi cruel qu’opportuniste. Après la transformation de l’ouvreur tricolore, Bordeaux regagne les vestiaires sur le score de 13 à 7. 

 

mats-light.jpg
 

 

Un manque d’expérience et des structures qui perdent leur solidité

Dès la reprise, les Clermontois se relancent et concrétisent leur première phase de domination par une pénalité de Morgan Parra. S’en suit alors un mano à mano somptueux entre les deux buteurs de classe mondiale qui se répondent du tac au tac jusqu’à l’heure de jeu inscrivant chacun 3 pénalités et portant le score à 22 à 16 en faveur des Girondins. Malgré l’efficacité et l’expérience du demi-de-mêlée clermontois l’écart ne s’est pas réduit et des signes inquiétants semblent venir polluer le rendement des « jaune et bleu ». L’entrée de Ben Tameifuna fait beaucoup de mal aux Auvergnats qui sont progressivement dominés dans le jeu au sol tout comme en touche où les sorties successives d’Arthur Iturria et Paul Jedrasiak contrarient l’alignement qui après plusieurs semaines d’efficacité retombe dans certains travers aperçu cette saison. Le jeune banc auvergnat, où l’enthousiasme ne remplace pas l’expérience, est à l’origine de quelques ballons perdus dans des moments de domination qui ne peuvent plus être concrétisés. Les Girondins sont eux hyper efficaces et n’ont pas besoin de s’approcher de la zone de marque puisque Jalibert enquille les pénalités de 50 mètres. Les minutes défilent et Clermont ne trouve plus de solution, pire, ils perdent un nouveau ballon en s’isolant dans la zone de marque et offrent aux Girondins une relance qui conduira à la pénalité qui les sortira d’un éventuel retour dans les dernières minutes (25 à 16 à la 76ème).  

 

Ce barrage était finalement un résumé de la saison des hommes de Franck Azéma en 80 minutes : un engagement de la première à la dernière action, mais beaucoup de petits détails, dont l’indiscipline ou une conquête inconstante, qui n’auront pas permis de suffisamment scorer ou de tenir les adversaires dans leur camp. Trop pour espérer avancer dans ces phases finales qui se poursuivront sans eux à Lille. La saison prochaine entamera un nouveau cycle avec une génération montante qui aura gagné du temps en prenant de l’expérience et en mesurant le chemin à parcourir pour jouer les tous premiers rôles. 

 

parra-light.jpg
 

 

Pour l’ASM Clermont Auvergne 

1.Ravai, 2.Fourcade, 3.Falatea, 4.Yato, 5.Jedrasiak, 6. Iturria (cap), 7.Fischer, 8.Lee, 9.Parra, 10. Lopez, 11.Raka, 12.Moala, 13.Nanai-Williams, 14.Penaud, 15.Matsushima

Remplaçants : 16.Beheregaray 17.Bibi-Biziwu, 18.Amatosero, 19.Cancoriet, 20.Viallard, 21.Betham, 22.Van Tonder, 23.Ojovan

 

Pour l’Union Bordeaux Bègles

1.Poirot (cap), 2.Maynadier, 3.Cobilas, 4.Douglas, 5.Cazeaux, 6.Woki, 7.Petti, 8.Picamoles, 9.Lucu, 10.Jalibert, 11.Lam, 12.Lamerat, 13.Uberti, 14.Cordero, 15.Buros

Remplaçants : 16.Lamothe,  17.Kaulashvili, 18.Roumat, 19.Higginbotham, 20.Lesgourgues, 21.Seuteni, 22.Dubie, 23.Tameifuna