Clermont aborde une deuxième phase à Paris

image description

Après un premier bloc de 5 matches terminé la semaine dernière par une victoire sur le Racing, Jono Gibbes souhaite entamer une deuxième phase avec toujours plus de rigueur et d’exigence afin que ses joueurs puissent être récompensés des efforts notables qu’il constate de semaine en semaine. 

 

Il y avait une part de soulagement dans le vestiaire clermontois dimanche dernier après le succès face aux Racingmen, une part de satisfaction aussi de voir le travail payer après avoir livré le match le plus consistant de ce début de saison où les Auvergnats ont progressivement pris le meilleur sur leurs adversaires. La constance prônée et recherchée par l’entraîneur clermontois commence à trouver une résonnance au niveau de la performance en même temps que sa vision semble s’implanter dans le groupe comme le confirme Rabah Slimani. « Nous avons connu un démarrage un peu poussif avec des difficultés à mettre en place les différents systèmes. Après quelques semaines de compétition, tout le monde se sent bien dans l’organisation et dans les principes de jeu. Nous avons bien conscience que rien n’est encore parfait mais le groupe adhère pleinement au projet de jeu. » Une confiance en pente ascendante que Jono mesure à travers le comportement de ses joueurs chaque semaine. « C’est vrai que cela fait plaisir de voir les joueurs s’entrainer avec cette motivation. Nous avons tous envie de progresser encore et de voir les efforts se concrétiser par de bons résultats. Nous voulons arrêter de dire que c’est le début de la saison. » Clermont veut désormais se lancer dans ce nouveau bloc avec plus de certitudes et d’ambitions. « Nous ne voulons pas avoir de regrets dans ce bloc de 5 matches, il faut que nous soyons capables de récompenser notre travail et ce sont ces actes qui nous permettront d’enclencher une dynamique positive. »

 

Les Clermontois méfiants avant leur déplacement à Jean-Bouin  

 

Les Parisiens qui pointent à la dernière place du classement, déplorent quelques absences de poids et n’ont pas encore affiché de réelles certitudes quant à leur faculté à jouer les premiers rôles cette saison conservent un énorme respect en Auvergne. Jono Gibbes est le premier à refuser de commenter leur situation actuelle s’estimant « pas en position de juger le Stade Français ». Rabah Slimani qui connait bien le club pour y avoir joué de longues saisons sait mieux que personne que ce club a connu bien d’autres retournements de situation et qu’il faudrait être bien orgueilleux pour lever la garde… « Le classement après 5 journées est anecdotique. Nous n’oublions pas qu’ils ne sont qu’à une victoire de nous (NDLR : et ont le même bilan à savoir une défaite à domicile et aucune victoire à l’extérieur pour l’instant) » « On se souvient aussi que tout le monde les avait enterrés la saison dernière lorsque nous étions parvenus à nous imposer à Jean-Bouin et qu’ils ont trouvé, en suivant, les ressources pour réaliser une super fin de saison et atteindre les phases finales ». Les Clermontois se souviennent aussi d’une équipe revenue de nulle part en 2015 qui avait grillé la politesse à tout le monde pour conquérir un 14ème Brennus au nez et à la barbe des Auvergnats au stade de France. Autant de faits d’armes fondateurs d’un club jouant avec les fulgurances et les irrégularités avec brio depuis des années et incitant à une méfiance toute légitime. Les hommes de Jono n’en manqueront pas pour aborder ce troisième déplacement de la saison « avec ambition » comme le reconnait Rabah Slimani. Le droitier des « jaune et bleu » qui revient en pleine forme, bonifié par les conseils de son ex-coéquipier et désormais coach de la mêlée Davit Zirakashvili, profitera de ce déplacement « particulier » pour se rappeler de bons souvenirs et aussi entretenir son amitié avec d’anciens coéquipiers par messages interposés. « Je n’ai pas encore commencé mais ça ne va pas tarder ! » rigole-t-il. Le sérieux reviendra tout aussi vite dimanche à 21h où l’amitié sera mise entre parenthèses l’espace de 80 minutes, le temps de défendre les couleurs « jaune et bleu » et de renforcer la confiance amorcée depuis quelques semaines. 

 

211008-equipe-2.jpg