Davit Zirakashvili, une légende sans fin

image description

 

Sa carrière sous le maillot clermontois ou géorgien et son dos en acier forgé suffisent à une notoriété qui a traversé le monde de l’ovalie et en fait, depuis bien longtemps, l’un des piliers les plus respectés et redoutés du circuit. De Limerick à Auckland en passant par chaque stade de Top 14 où il a laissé sa carte de visite et quelques courbatures à ceux qui ont croisé le fer avec lui, l’homme s’est construit, la légende s’est créée. Comme un signe, celle-ci n’aura pas de fin et restera ainsi, presque éternelle, tel un souvenir impérissable d’un pilier monumental qui a poussé la mêlée « jaune et bleu » vers les sommets durant les seize dernières saisons. 

 

Une poignée de main et un passage à la « pince à gras spéciale » d’Olivier Saisset, voilà comment l’histoire de Davit Zirakashvili a débuté avec l’ASM, en 2004, alors que les « jaune et bleu » avaient eu le nez creux en allant chercher ce jeune pilier géorgien à Aubenas. 16 ans plus tard, la barbe est plus fournie et sa pigmentation s’est éclaircie mais la puissance et cette manière innée de tenir une mêlée sont toujours là, comme une marque de fabrique inoxydable de l’homme de Roustavi. Élevé au plus haut niveau jusqu’à devenir l’un des meilleurs spécialistes du monde à droite de la mêlée, Dato a tout connu dans ce club. Les jours difficiles et la menace de la relégation à son arrivée, puis la montée en puissance du monstre « jaune et bleu » dont il fut l’une des figures de proue et l’une des armes les plus redoutables broyant et malaxant ceux qui se mettaient en travers de son chemin… de sa mêlée. Homme de base de la bande à Vern Cotter, Dato assure avec brio la transition post-argentine de la mêlée clermontoise menée à l’époque par Mario Ledesma et Martin Scelzo, lui donnant même un second souffle et une domination encore plus marquée lors de cette dernière décennie. Régulier, irréprochable sur et en dehors du terrain, le droitier géorgien permet à l’édifice « jaune et bleu » d’être toujours plus performant à l’échelle nationale et désormais européenne.  Avec Clermont, avec la Géorgie, la mêlée est une base de lancement dont les fondations sont aussi solides que le dos de Dato, rarement pris à défaut. En 16 saisons, le rugby a évolué, la mêlée aussi. Le contact, les impacts se sont réduits, la force de Davit fut sa capacité à évoluer, à s’adapter, à tourner son jeu vers un rugby moderne dont il fut probablement l’un des premiers prototypes au poste de pilier droit. De plus en plus mobile et technique sans jamais rien concéder aux spécificités qui font le secret des piliers et leurs performances, il n’est plus le même joueur que celui qu’il était en 2004… il n’est pas non plus le même homme. Ceux qui ont la chance de le connaitre savent que derrière son regard sombre et sa barde épaisse se cache un homme d’une infinie culture et d’une maturité hors-norme. Curieux de tout, passionné d’histoire, de géopolitique et de tant d’autres choses, chacune de ses discussions est un enrichissement pour celui avec qui il la partage. Pour tous les supporters clermontois, il est bien difficile d’admettre que ce monument du rugby quitte la scène sans un dernier tour de piste et qu’il faudra désormais parler du joueur au passé. 

Tout au long de son immense carrière, il aura fait honneur aux valeurs de son sport : à l’humilité, au respect, au combat et à la famille. Son nom restera associé à celle de l’ASM bien au-delà de ses 16 saisons sous le maillot « jaune et bleu ». 

 

 

La fiche statistique

16 saisons / 332 matches avec l’ASM Clermont Auvergne (19 essais) / 218 titularisations 

Champion de France 2010 et 2017 - Vainqueur de la Challenge Cup et 2007 et 2019

 

 

dato-2-mod.jpg
 

 

Le mot du coach 

« C’est un sentiment bizarre de voir partir Dato comme ça. Il est là depuis tout le temps au club, dans mon esprit, nous allons retourner à l’entrainement, il sera là et mettra ses crampons comme d’habitude. C’est un grand du club, c’est aussi l’histoire de sa vie. Il a construit beaucoup de choses ici à Clermont. Cela fait 10 ans que j’entraîne ici et j’ai eu énormément de discussions enrichissantes avec lui durant cette période sur le rugby mais aussi sur beaucoup d’autres choses. Il est parfois venu me bousculer dans mes certitudes et d’autres fois me conforter dans mes décisions. C’est un homme avec qui tu as envie de partager car il est riche d’expérience, il a la tête sur les épaules et beaucoup de recul sur les situations que nous pouvons traverser. C’est un grand monsieur qui tire sa révérence et malheureusement pas de la manière dont nous le souhaitions tous. »

 

dato-3-mod.jpg