Didier Retière « nous avons donné le coup de pistolet du starter ! »

image description

Quelques semaines après le lancement du projet Clermont 2025, Didier Retière revient sur les annonces concernant la formation, les arrivées d’Elvis Vermeulen ou Viktor Kolelishvili ainsi que sur l’accueil reçu par ces déclarations ambitieuses. Entre excitation, motivation et envie de mettre en œuvre le plan d’action, le directeur du développement sportif de l’ASM nous livre ses impressions.

 

Le projet Clermont 2025 a été annoncé il y a quelques semaines. Quelles sont les orientations prises au niveau de la formation ?
Nous avons déjà lancé les 3 axes forts de ce projet. Le premier concerne la formation avec une nouvelle vision de ce que doit être la formation de nos futurs joueurs. Le projet de « Sevens » entre aussi dans cette optique de formation et enfin le lien avec le territoire et le maillage dans la Région et même un peu plus loin.

 

On sent l’envie d’insuffler quelque chose de nouveau pour faire naitre une nouvelle dynamique…
Oui, c’est intéressant d’avoir une évolution dans tous les secteurs du club. L’ASM a l’ambition de prendre en compte tout son environnement et de continuer d’être le plus performant possible et pas seulement sur le terrain. Évidemment le sportif est la partie apparente du rugby professionnel mais les valeurs de formation et d’éducation portées par l’ASM Omnisports ont également un rôle central dans notre projet. Les jeunes filles et les jeunes garçons que nous formons seront les parents de demain, c’est aussi cette responsabilité là que nous devons prendre en compte. 
 

Tu évoques les filles… Y-a-t-il la volonté de continuer le rapprochement entre toutes les strates de l’ASM : les pros, les Espoirs, les filles…
Nous faisons tous partie de la même famille. Aujourd’hui, le rugby se conjugue au féminin et d’une belle façon avec des formidables ambassadrices que sont les filles de l’ASM Romagnat. Nous allons essayer de les accompagner du mieux possible sans qu’elles perdent leur identité pour qu’elles continuent de nous enrichir. Elles ont toute leur place dans notre environnement. 

 

Parmi les nouveautés de la prochaine saison, les retours annoncés d’Elvis Vermeulen et Viktor Kolelishvili…
Oui, cela fait partie de la volonté de retrouver la flamme de ce club avec des anciens joueurs passionnés. Ils partagent une certaine expérience, ils se sont formés en œuvrant dans d’autres clubs, d’autres structures. Elvis s’est notamment beaucoup investi dans les clubs de la banlieue clermontoise. On connait toute son énergie, son envie d’embarquer tout le monde avec lui dans cette nouvelle aventure. Nous sommes nous impatients de le voir à l’œuvre, au service du club, au contact des Espoirs dont il devient le coach. Cela fait partie d’un nouveau mouvement qui va nous donner l’opportunité de réinvestir d’anciens joueurs au niveau des dirigeants afin de partager les valeurs du club qu’ils ont connues et qu’ils sont heureux de transmettre aux jeunes générations. 

 

Le terrain n’est pas oublié puisque tu travailles depuis plusieurs mois au recrutement avec l’Academy …
Oui, nous travaillons sur un plan de succession pour l’équipe professionnelle qu’il faut alimenter en interne par des joueurs du club ou de la Région. Les exemples de Lucas Dessaigne et plus récemment de Killian Tixeront illustrent parfaitement cela. Le travail de fond de l’association est de permettre aux meilleurs joueurs du territoire d’avoir l’ambition de porter notre maillot. Évidemment, nous devons aussi étoffer et compléter cet effectif en devenir par le recrutement de joueurs à fort potentiel au niveau national voire international le tout dans un état d’esprit qui correspond à nos valeurs de travail d’ambition et d’humilité. De très très gros potentiels ont rejoint l’ASM cette saison, ils auront une belle carte à jouer dans les années à venir…

 

Ils intègrent le centre de formation de l’ASM :

Samuel M’Foudi (20 ans, 2nd ligne USAP), Yerim Fall (19 ans, ailier, Massy), François Mey (19 ans , centre, arrière, U20 Italie), Anthony Favier (19 ans, centre, Le Puy) , Jean-Yves Lifau (19 ans, pilier, Dumbéa Nouvelle-Calédonie), Yoni Tuatane  (19 ans, troisième ligne centre, Vannes), Ateli Tuisamoa (18 ans, pilier, Wallis et Futuna), Viliame Tutuvili (21 ans, ailier, centre, Nadroga , Fidji) et Dante Burger (19 ans, troisième ligne, Afrique du Sud).

 

Tu évoquais également le développement du « Sevens » à l’ASM…
Cela fait partie de notre ambition d’innover. Depuis longtemps l’ASM s’intéresse à cette pratique et s’investie au niveau de la formation. La nouveauté sera dans le lien que nous voulons tisser avec les Espoirs. Le 7 doit être un support de formation de nos Espoirs, permettant de les mettre dans des situations inédites et sollicitantes capables d’accélérer ou de diversifier de leur formation. Dans ce cadre-là, nous lançons un gros projet que nous révèlerons au début du mois de juillet. Celui-ci englobera le territoire et aussi plusieurs partenaires.

 

L’ASM a révélé son projet Clermont 2025, il y a maintenant quelques semaines. Avec le recul, comment celui-ci a-t-il été accueilli ? Celui-ci a-t-il généré de l’excitation, de la motivation…

Nous l’avons partagé avec l’ensemble du club, les joueurs, staffs mais aussi le personnel administratif. C’est important de partager cette ambition. Cela permet aussi de se dire « Voilà, le challenge est posé, c’est lancé, nous ne pouvons plus reculer, il faut désormais se lancer dans ce projet ! ». Nous avons donné le coup de pistolet du starter ! Il appartient à chacun de s’investir pour passer la ligne d’arrivée en bonne position. 

J’ai aussi été très intéressé par la réaction de nos partenaires, nos supporters, des gens de l’Association. Nous sommes satisfaits de voir que tous se rendent comptent qu’il se passe quelque que chose, ça bouge, une sorte de retour à l’ambition. Tout le monde se rend compte que c’est un vrai challenge, que ce sera difficile mais je sens une dynamique. Nous avons généré de la curiosité mais aussi de l’attrait et l’envie de nous soutenir. Tous sont curieux de voir comment tout cela va avancer et se mettre en place mais nous sommes confiants. L’ASM peut s’appuyer sur un public unique par son engouement et son soutien, nous nous sommes simplement donnés les ambitions que notre club doit avoir.