Féminines

Fabrice Ribeyrolles « l’occasion de voir le haut niveau du Rugby féminin ! »

image description

En baisser de rideau du match de Challenge Cup entre l’ASM Clermont Auvergne et les Dragons de Newport, les filles de Romagnat affronteront leurs homologues de Blagnac (samedi à 16 h sur la pelouse du Michelin), demi-finalistes sortantes du championnat de France. Un gros choc pour les protégées de Fabrice Ribeyrolles qui sont en pleine confiance après 3 victoires consécutives et dont cette réception « exceptionnelle » pourrait être un véritable tournant pour la saison des Auvergnates. Entretien…

 

Fabrice, avant de venir jouer votre match face à Blagnac au Michelin (samedi à 16 heures), vous venez de signer un troisième succès consécutif sur la pelouse de Lons…
Oui, notre objectif est de finir dans les quatre premiers au classement. Aujourd’hui, les filles sont troisièmes et nous avons bien envie de batailler pour conserver cette position. Nous recevrons nos concurrents directs (Stade Français et Rennes) lors de la deuxième partie de championnat. Les filles sont très motivées et ont envie de viser l’exploit face à cette équipe de Blagnac (2ème au classement) sachant qu’une victoire pourrait nous assurer pratiquement une place dans les quatre.  

Le match aller face à Blagnac avait été plus accroché que le score peut le laisser penser (31 à 10), de quoi s’attendre à un match spectaculaire…
On espère, nous avions réalisé une bonne entame avant de donner un essai en début de seconde période qui nous fait très mal. Nous avions également manqué d’efficacité sur nos temps forts mais nous avions donné du fil à retordre à cette équipe de Blagnac qui est très expérimentée et qui fait très peu d’erreurs. Nous sommes encore en apprentissage face à des équipes de ce calibre où chaque erreur se paye cash. Aux filles d’être vigilantes pour ne pas laisser trop d’opportunité à leurs homologues Haut-Garonnaises qui ne manquent pas de qualités. Elles sont secondes, viennent d’être demi-finalistes du championnat : c’est une équipe très intéressante à jouer.

Derrière Montpellier qui semble intouchable, le reste de la poule semble ouvert.
Pour les quarts de finale (une place dans les 4 premières de la poule) cela va se jouer entre 5 équipes. Montpellier et Blagnac devrait prendre les 2 premières places et il restera 3 équipes pour 2 places. Les Montpelliéraines sont très au-dessus, elles sont championnes en titre et ont encore fait un recrutement 3 étoiles. Nous sommes parvenus à les faire douter 70 minutes mais elles ont fini par accélérer sur leur puissance et les leurs qualités individuelles. Nous avons beaucoup d’espoirs face à Blagnac. Nous savons que nous devrons être à 200% pour les battre mais toutes les conditions sont réunies pour que les filles se transcendent et offrent au public du Michelin un beau spectacle. 

Ressens-tu déjà des effets de cette délocalisation « exceptionnelle » dans ton groupe ?
Bien sûr, elles sont motivées, contentes et fières que le club leur offre la possibilité de mettre en avant leur travail et leur passion. Elles espèrent vraiment que les gens resteront un moment pour les regarder et les encourager. Jouer au Michelin c’est un honneur, derrière l’équipe première dans un stade qui sera copieusement garni, c’est encore mieux. Ce sera, je l’espère, un beau samedi Rugby et je peux garantir que toutes ont très envie d’être au coup d’envoi de cette rencontre.

Les filles de l’ASM Romagnat ne découvriront pas le Michelin (où elles ont déjà évolué l’an dernier) mais l’affluence de celui-ci…
Oui c’est un peu le grand mystère pour tout le monde. Nous l’avions fait une fois la saison dernière à Montpellier en baisser de rideau mais le public héraultais n’avait pas suivi et très vite nous nous étions retrouvés en comité très restreint… Là, chez nous au Michelin, c’est vrai que l’on aimerait bien que les spectateurs restent un moment pour nous encourager et découvrir le rugby qu’ils ont dû voir pratiquer par l’équipe de France Féminine face aux Blacks lors de la tournée automnale. Ce sera l’occasion de voir le haut niveau du Rugby féminin et de nombreuses internationales. Ce sera une belle vitrine et l’occasion de faire connaissance avec ce sport qui est en train d’éclore au niveau de la pratique féminine et attire de plus en plus de Médias et de supporters.

Tu es dans ta quatrième saison avec les filles de Romagnat, comment as-tu vu évoluer le Rugby Féminin lors de ces années ?
Le niveau a énormément progressé que ce soit physiquement ou techniquement. Le Rugby féminin est en pleine ascension. Nous manquons encore un peu de vécu rugbystique car beaucoup ont débuté un peu tard et la culture n’est pas aussi installée qu’elle peut l’être dans le rugby masculin. L’engouement suit la même ascension, les gens sont de plus en plus intéressés, de plus en plus curieux. Les performances de l’équipe de France féminine font une très belle promotion de notre sport. Elles proposent beaucoup de jeu, avec un rugby tourné sur l’évitement et l’envie d’amener le ballon sur les extérieurs, c’est très porteur et je crois que toutes les équipes ont cette vision et cette envie-là.

Tu viens de le dire, l’évitement est plus ancré dans le rugby féminin que dans le rugby masculin où la densité physique occupe souvent les premiers temps de jeu. Pour un entraineur est-ce que cela offre encore plus d’opportunités stratégiques ?
Oui, probablement, c’est surtout que les défenses sont moins bien organisées et peuvent se trouver en difficulté sur des attaques en première main ou sur les extérieurs alors tout le monde essaye de proposer autre chose que du simple affrontement. Les filles ont également besoin de s’amuser sur le terrain, si nous ne propositions que des chandelles et des ballons portés cela ne marcherait pas. Notre objectif est que les filles prennent du plaisir qu’elles sortent de l’entrainement et de leurs matches avec le sourire et l’impression de s’être amusés. C’est aussi pour cela que les spectateurs se régalent…

Le championnat est maintenant bien démarré, quels sont tes objectifs sur cette fin de saison ?
Notre objectif annoncé, en début de saison, d’être dans les quatre est toujours d’actualité. Nous avons l’intention de faire un quart de finale. Si nous arrivons à conserver la place de troisième nous pourrons ainsi prendre un second de l’autre poule et éviter Toulouse. Une victoire ce week-end face à Blagnac nous mettrait dans une situation idéale pour atteindre cet objectif. A partir du quart de finale ce ne serait que du bonus…