Préparation

Franck Azéma « Je ne pense pas qu’après la prestation de Lyon nous ayons autre chose en tête que la réception des Brivistes ! »

image description

Deux semaines après la date prévue, le derby se tiendra samedi sur la pelouse du Michelin. Alors que cette rencontre devait relancer les Auvergnats après leur défaite en quart de finale de Champions Cup en les opposant à des Brivistes surfant sur une bonne dynamique, les cartes sont rebattues après l’épidémie qui a touché de plein fouet les rangs du CAB. Clermont, de son côté, aura, en plus de la motivation du derby, l’envie de montrer plus de constance que samedi dernier sur la pelouse lyonnaise. 

 

Après avoir laissé filer au moins un point la semaine dernière à Gerland, les hommes de Franck Azéma ont vu revenir sur leurs talons le LOU (désormais à 3 points des Auvergnats) pendant que Castres, Bordeaux ou Toulon n’ont pu disputer les deux dernières journées de compétition. Pour éviter un regroupement synonyme de fin de saison sous tension, les « jaune et bleu » doivent prendre des points et de l’air sur leurs poursuivants de plus ne plus pressants lors de ce match de rattrapage face aux Corréziens. « Nous n’avons plus le droit à l’erreur » résume le demi-de-mêlée clermontois, Sébastien Bézy qui ne compte plus « lâcher le moindre point afin d’assurer au plus vite l’une des places qualificatives. » « Il est clair que face au LOU nous avons manqué d’investissement en début de rencontre et qu’il est important de se remettre la tête à l’endroit le plus rapidement possible. Les Brivistes n’ont pas joué depuis maintenant 4 semaines, nous sommes sûrs qu’ils ne manqueront pas d’envie ». Le dernier match du CAB remonte au 27 mars et une victoire sans appel face aux Agenais (57 à 3) … depuis l’épidémie a fait son chemin dans les rangs corréziens rallongeant la coupure initiale de 2 à 4 semaines et obligeant les joueurs du CAB à s’isoler avant de reprendre l’entrainement par petits groupes avant de retrouver le collectif. Difficile dans ces conditions de savoir comment les Brivistes seront capables de reprendre le chemin de leur championnat où ils seront amenés à disputer 4 rencontres en 14 jours. « Il n’y a pas de règle » réagit Franck Azéma, « certaines équipes sont capables de se régénérer et de profiter de cela. Il peut aussi y avoir des interrogations sur le rythme et les enchaînements ». 

 

Le derby sera bien un révélateur de l’état de santé du CAB qui peut compter sur une rivalité toujours aussi exacerbée et attisée à l’approche de cette opposition singulière. Elle sera aussi un point de passage presque obligé dans la course à la qualification (à laquelle participe toujours les Brivistes comme l’a justement rappelé le coach clermontois). Pendant que les Brivistes orienteront leur préparation sur l’envie, les Clermontois y ajouteront de la frustration. « On a laissé passer une grosse opportunité », reconnait Franck Azéma. « La frustration vient de là. Nous avons eu une mauvaise attitude lors de la première période contre Lyon. J’espère que ce derby nous permettra de retrouver de l’enthousiasme et de la fraîcheur. On ne va pas regarder plus loin, à la vue de notre prestation face au LOU, je ne pense pas que nous ayons autre chose en tête que ce Derby. » D’autant qu’il serait bien réducteur de ne voir que l’envie dans les arguments que les Corréziens ne manqueront pas de faire valoir sur la pelouse montferrandaise. « Les Brivistes ont toujours leurs valeurs de combat et d’engagement, détaille le coach clermontois. Ils ont aussi largement étoffé leur jeu en y ajoutant beaucoup de vitesse et de volume avec des individualités capables de faire de grosses différences. Nous ne nous y trompons pas : ce sera costaud. »

 

Sans ses supporters qui en font une grande partie du charme, le derby perdra un peu de son sens et de la dimension qu’il revêt habituellement. En revanche, comme toujours il livrera de précieux enseignements notamment sur les chances de qualification des « jaune et bleu » qui seraient bien inspirés de profiter de cette semaine de rattrapage pour prendre un peu de distance sur des poursuivants devenus oppressants.