Franck Azéma « Nous sommes dans les clous ! »

image description

Après une période entrecoupée par le Tournoi des Six Nations, Franck Azéma, le coach des « jaune et bleu » fait le bilan de ces dernières semaines avant d’aborder « la meilleure partie de la saison ». Entretien…

 

Franck, la période des doublons et du Tournoi se termine. L’ASM a commencé le Tournoi en tête du championnat, vous le terminez à égalité de points avec Toulon. Comptablement c’est une belle opération…
Oui, c’est bien. Nous sommes dans les clous, l’équipe est en place. Je suis content du répondant que le groupe a pu avoir dans cette période assez difficile où nous avons parfois dû faire le dos rond. C’est ce que nous attendions des gars et nous sommes satisfaits. Evidemment, nous aurions pu engranger encore un peu plus de points, mais je pense que nos performances ont été honnêtes dans cette période. Il y a deux victoires à domicile et un match nul au Racing. A chaque match, nous nous sommes accrochés et nous avons fait preuve de caractère.

Et maintenant …
L’objectif suivant sera d’être capables de digérer cette période où nous avons vu des joueurs aller et venir ; où le groupe s’est dispersé. Nous allons avoir besoin de nous retrouver de former, ensemble, quelque chose de fort pour préparer le déplacement au Stade Français, puis en suivant, le quart de finale européen face à Northampton. Deux rendez-vous qui vont s’enchainer très vite. Nous allons récupérer des garçons,  les Tricolores après leur match face à l’Angleterre, Dato (Zirakashvili) qui joue contre la Roumanie et Jonathan (Davies) qui joue en Italie. Il va vite falloir absorber ces garçons dans le collectif et rétablir notre cohésion. Notre but sera de les mettre dans les meilleures conditions pour que dans leur tête, ils enfilent rapidement le maillot de l’ASM et qu’ils basculent sur nos objectifs communs en club. Nous n’aurons pas beaucoup de temps car les échéances arriveront vite.

 

Y-a-il de l’impatience en tant que coach de voir cette période se terminer et tes joueurs revenir pour la dernière ligne droite de la saison ?
Oui, il me tarde de retrouver tout le monde. J’ai envie que ce que nous avons développé en leur absence arrive à se transmettre un peu comme un buvard, facilement, naturellement. Nous n’avons pas pu attendre le retour des internationaux pour travailler de nouvelles choses et depuis 3-4 semaines nous mettons en place de nouveaux systèmes, de nouvelles choses. Il va falloir qu’ils s’imprègnent rapidement de cela et qu’ils retrouvent les automatismes collectifs sur le terrain, à l’entrainement mais aussi et surtout en match. L’heure de vérité approche. Toute l’année nous travaillons pour cette dernière ligne droite, c’est excitant de nous retrouver au coup d’envoi de la meilleure partie de la saison.

 

« La semaine prochaine, nous récupérerons tout le monde. Chacun devra basculer sur le club et enfiler le maillot de l’ASM ! »

 

Nous sommes à trois semaines de ce quart de finale européen, le stade commence progressivement à changer de forme, la réception de Northampton est-elle déjà un peu dans les têtes ?
Oui, nous l’avons en tête, nous l’avons en tête depuis que nous avons appris le tirage… mais je crois que nous avons aussi conscience que nous avons, avant cela, un match très important à jouer sur la pelouse de Jean-Bouin. C’est probablement la meilleure des choses d’avoir un match de cette importance à disputer une semaine avant le quart. Cela nous permettra de nous projeter, dans le contenu, sur les ingrédients que nous devrons mettre en place lors de notre confrontation contre les Anglais. Le contexte sera compliqué à Jean-Bouin, où ils viennent de perdre deux fois consécutivement (face à Oyonnax et face à Grenoble), les Parisiens sont des concurrents directs, nous jouons les mêmes places, pour eux, comme pour nous il fera partie des matches qui comptent « double ».

 

Un mot pour finir sur le retour de Thomas Domingo en Bleu. Quel est ton sentiment ?
Beaucoup de fierté. Je suis très content pour lui. C’est un garçon qui revient de loin, qui a beaucoup souffert et qui a été très critiqué en début de saison. Nous avons beaucoup échangé avec lui. Je pense qu’il a rongé son frein, mais il n’a jamais rechigné, a travaillé, il a ciblé ses besoins, ses axes de progression et il s’est accroché. Il a aussi su être patient par rapport à son genou. Il a respecté et s’est beaucoup investi dans tout le protocole qui a été mis en place autour de ça. Cela a été payant et la meilleure des récompenses a été la performance qu’il a livrée face à Bordeaux, vendredi dernier. Au-delà de la blessure d’Eddy Ben Arrous, je crois que sa montée en puissance et son match face à l’UBB ont pesé dans la balance. Même si cela fait un garçon de plus qui s’expose le week-end prochain, notamment en première ligne où nous sommes assez touchés, je suis content de le voir revenir en Bleu et à son meilleur niveau.

 

à lire aussi