Il ne reste qu’une pression positive…

image description

Face aux Rochelais, les Clermontois savaient qu’ils pouvaient tout perdre, la qualification pour les phases finales et leur billet pour la Champions Cup 2021-22. Les hommes de Franck Azéma ont relevé le défi et passé l’obstacle rochelais avec maîtrise. Désormais sur la ligne de départ de ces phases finales du Top 14 où ils ont une énorme expérience au contraire de leurs adversaires qui les découvriront, les Auvergnats refusent de voir leur participation (la 14ème lors des 15 dernières éditions) comme une finalité et comptent bien défendre leurs couleurs avec détermination. 

 

La qualification des Auvergnats n’est ni une surprise (l’ASM a été dans les 6 premiers toute la saison à l’exception de deux journées comme l’a rappelé le coach clermontois) « ni une finalité » comme se sont empressés de souligner Camille Lopez et Morgan Parra conviés devant les Médias ce matin. « On nous a dit toute l’année que nous alternions les hauts et les bas. C’est vrai, mais nous n’avons jamais rien lâché et nous sommes toujours là dans les six. Il y a un sentiment de soulagement, mais nous sommes tous conscients que ce n’est pas une fin en soi. Être dans les six était l’objectif minimum pour l’ASM et il n’est pas question de nous contenter de cela. Clermont est un club historique, nous avons un écusson à défendre et, comme tous, nous allons crânement défendre notre chance. » « Bien sûr nous sortons d’une saison compliquée », poursuit Morgan Parra « beaucoup de choses ont fait que le groupe a vécu des moments difficiles, a été bousculé, mais nous avons trouvé des ressources pour rester debout et nous sommes toujours là, prêts à entrer dans ces phases finales avec autant de chances que Bordeaux de bien y figurer. » Depuis le début de la semaine, le groupe semble ainsi avoir évacué cette pression négative qui peut paralyser ou restreindre pour laisser place au plaisir et à la fierté de représenter avec détermination son maillot dans la « plus belle partie de la saison » selon Etienne Fourcade qui n’a qu’une hâte : y être ! « C’est pour participer aux phases finales que j’ai choisi de venir à Clermont. Nous sommes bien déterminés à jouer notre carte à fond et à tout donner pour passer en demie. C’est maintenant que les plus beaux moments arrivent et c’est là où nous voulions aller. »Selon le talonneur des « jaune et bleu », Clermont sera « dans le rôle du Challenger » face à des Bordelais qui « ont dominé leur sujet l’an dernier et s’inscrivent, cette saison, dans la continuité de la précédente »comme l’analyse Morgan Parra. 

 

Les phases finales : le bon moment pour se retrouver et partager ! 

 

« Ils ont beaucoup de certitudes » poursuit Franck Azéma ainsi que « des internationaux à de nombreux postes clés ». « Ce sera un adversaire redoutable qui est capable de produire beaucoup de jeu mais aussi de s’adapter à l’équipe d’en face en opposant une défense farouche. Christophe Urios y est pour beaucoup dans la progression de l’UBB » reconnait l’entraineur clermontois qui sait pertinemment pour en avoir joué une dizaine depuis son arrivée en 2010 que les phases finales sont des moments particuliers. « Il faut trouver le bon dosage entre plaisir, décontraction et pression mais aussi entre l’expérience de ces moments-là et la fraicheur que peuvent nous apporter les jeunes qui montent et poussent. Ce sont les meilleurs moments de la saison, nous en sommes tous convaincus. Je sais aussi que je peux dire tout ce que je veux à la Presse, le plus important est ce que les joueurs livreront et partageront ensemble sur le terrain ». De l’humilité dans le discours du coach clermontois qui a, une nouvelle fois, amené les siens dans cette dernière ligne droite où les cartes sont distribuées et où tout peut arriver comme l’ont prouvé de nombreux clubs ces dernières années. « Aujourd’hui, des clubs comme Toulon, Castres ou Lyon, sont restés au tapis. Nous avons mérité d’y être et il n’est pas question de simplement figurer » reprennent de concert les joueurs de la charnière auvergnate. Forts d’une efficacité impressionnante face aux perches (sur une série de 33 coups de pied consécutifs réussis), Morgan Parra relativise et se focalise sur l’essentiel. « La réussite est importante, ce qui l’est encore plus dans les matches décisifs est de valider le travail de ses coéquipiers. C’est mon rôle et ma responsabilité. Je ne m’intéresse pas à ces statistiques, ce qui m’importe c’est d’aller le plus loin possible. » Camille Lopez est lui aussi pragmatique lorsqu’on aborde le fameux match référence que les observateurs clermontois ont attendu tout au long de la saison… « Je ne vais pas dire que notre dernier match face à la Rochelle est complétement abouti quand on voit que nous avons pris un essai en première main ! J’ai connu des saisons où nous avions 2-3 matches quasi parfaits pour rien avoir au bout alors si on ne fait pas un « match référence » de l’année mais qu’on gagne les trois derniers : ça m’ira ! » Les supporters clermontois qui retrouveront les « jaune et bleu » lors de ce premier match de « la vie d’après » partageront à coup sûr l’avis de leur demi d’ouverture, trop heureux de pouvoir jouer les prolongations aussi longtemps que possibles dans ces phases finales du Top 14 où il sera bon de se retrouver pour communier avec une Yellow Army qui n’attend que cela. 

 

210610-presse.jpg