Le CO rince les ambitions auvergnates

image description

Les hommes de Jono Gibbes, irréprochables dans l’envie et l’engagement, ont pourtant fait mieux que rivaliser avec les Tarnais dans le combat et la conquête dans une rencontre réduite à un ping-pong géant et un affrontement frontal par des conditions météorologiques déplorables… mais cette domination resta stérile tenue à distance par l’efficacité du jeu au pied de déplacement d’Urdapilleta (auteur de tous les points de son équipe), Fernandez ou Dumora. Rentré à vide du Tarn, les Clermontois n’ont plus aucun joker et devront viser le sans faute pour espérer encore…

 

220423-contre.jpg
 

Castres (stade Pierre-Fabre) temps pluvieux, pelouse bonne, environ 12 000 spectateurs. Castres bat Clermont 12 – 0 (mi-temps : 6-0) 

Pour Clermont : 

Pour Castres : 4 pénalités (17e, 29e, 65e et 80e) d’Urdapilleta.

Carton Jaune : De Benedittis (fautes repétées, 41e

 

Un temps fort infructueux qui fait mal…

Dès la première action de ce match de Top 14 disputé sous des trombes d’eau, on comprit la tournure qu’allaient prendre les évènements. Du jeu au pied et des fautes de main comme s’il en pleuvait… Dans ce contexte, difficile de construire pourtant Clermont débute bien et impose un gros pressing qui les conduira dans la zone de marque dès les premières minutes. Sous pression le CO s’expose et se met à la faute mais l’ASM décide de tenter la penal-touche pour un premier break. C’était sans compter sur la défense castraise (la meilleure de France à domicile) qui parvient à repousser les assauts clermontois, une fois, puis une seconde dans les dix premières minutes de jeu où Clermont ne parvient pas à trouver la solution malgré une mêlée déjà dominatrice (qui réalisera un 100% et subtilisera 3 ballons au CO) et une touche qui complique grandement la vie des joueurs castrais. Les minutes passent, la pluie redouble au contraire des fautes de mains qui morcèlent ce match qui ne prendra jamais vraiment de rythme. Après une entame compliquée, Udapilleta met progressivement la main sur cette rencontre faisant reculer le troisième rideau par la précision et la puissance de son jeu au pied. Au contraire des Auvergnats, les Tarnais sont aussitôt efficaces convertissant deux pénalités du bord de touche par le buteur argentin (17e et 29e) pour prendre l’avantage. Les Clermontois vont alors avoir une très longue période de domination entre la 30ème et la 36ème minute où ils vont taper sur la défense adverse à quelques mètres de la ligne d’en-but. Sur sa ligne le CO ne lâche rien et repousse inlassablement les tentatives auvergnates. Sans possibilité de franchir, Clermont perd patience et écarte le ballon que récupèrent les Castrais qu’ils finiront par dégager. Un tournant de cette rencontre que les hommes de Broncan parviennent à maîtriser pour virer avec 6 points d’avance à la pause.

 

220423-fischer.jpg
 

 

Malgré une mêlée dominatrice, Clermont tenu à distance par le jeu au pied du CO

Un coup d’œil vers le ciel suffit à comprendre que les conditions ne changeront pas plus que la stratégie des deux équipes qui vont continuer à chercher à occuper le camp adverse. Clermont profite de la supériorité de sa mêlée pour prendre un avantage numérique (après l’expulsion du gaucher castrais) mais cela ne suffira pas à faire trembler le CO qui maitrise à merveille sa défense au sol et son pressing derrière les coups de pied de la charnière qui arrose un troisième rideau de l’ASM qui souffre de la comparaison avec les visiteurs plus précis et puissants. Maintenu loin de la zone de marque, Clermont manque de solutions et s’expose à la botte d’Urdapilleta qui les punira encore à la 65ème minute de jeu (9-0). Les hommes de Jono Gibbes joueront bien leur va-tout en relançant un ballon de leurs 22 mètres avec les interventions tranchantes de Cheikh Tiberghien, Judicaël Cancoriet ou Sébastien Vahaamahina mais une dernière passe annulera les efforts auvergnats repoussés par un énième coup de pied castrais. Dans un faux rythme parfaitement maîtrisé par les locaux, appliqués dans leurs systèmes, rugueux et truqueurs dans les zones d’affrontement, les minutes défilent et finissent par étouffer les Auvergnats. Une dernière pénalité à la sirène venue récompenser un pressing efficace porte l’avantage du CO à 12 points au coup de sifflet final. 

                                                         

Clermont laisse passer une nouvelle occasion à l’extérieur, probablement dans un des stades les plus difficiles à conquérir et dans des conditions qui n’ont pas vraiment favorisé un jeu de mouvement qui aurait pu bousculer une défense castraise parfaitement outillée pour répondre dans le petit périmètre. Désormais chaque match sera éliminatoire sans forcément avoir toutes les cartes en mains pour la qualification. 

 

220423_pression.jpg
 

Pour l’ASM Clermont Auvergne

 

1.Beria, 2.Fourcade, 3.Slimani, 4.T.Lanen, 5.Vahaamahina (cap), 6.Cancoriet,  7.Fischer,  8.Lee, 9.Parra, 10.Lopez, 11. Tiberghien, 12. Fofana, 13.Ezeala, 14.O’Connor, 15.Barraque

 

Remplaçants : 16.Beheregaray, 17.Falgoux, 18.Jedrasiak, 19.Dessaigne, 20.Bézy, 21.Hanrahan,  22.Rozière, 23.Ojovan  . 

 

Pour le Castres Olympique 

1.Walker, 2.Barlot, 3.Hounkpatin, 4.Vanverberghe, 5.Staniforth, 6.Babillot (cap), 7.De Crespigny,  8.Ben Nicholas, 9.Fernandez, 10.Urdapilleta, 11.Nakosi, 12.Cocagi, 13.Botitu, 14.Palis, 15.Dumora

 

Remplaçants : 16.Nguamo, 17.De Beneditis, 18.Jacquet, 19.Delaporte 20.Zeghdar, 21.Arata,  22.Combezou, 23.Chilachava .