Le début du « money time » !

image description

 

10 points d’écart, 5 clubs pour 3 élus : voici l’équation qu’auront à résoudre les concurrents à la qualification qui ne devrait pas échapper aux Toulousains, Racingmen et Rochelais. Derrière, Clermont mène la danse mais devra affronter de nombreux concurrents directs lors des 7 dernières journées, à commencer par les Parisiens chez qui ils se déplacent, samedi en ouverture de la 20ème journée de Top14. Une entrée dans le « money time » que les hommes de Franck Azéma ont préparé à Bugeat en Corrèze avec l’intention de montrer leurs ambitions sur cette dernière ligne droite. 

 

Le coach des « jaune et bleu » n’est pas du genre à se défausser et lorsque l’on aborde la fin de saison, il n’est plus question de faire de différences d’une semaine sur l’autre « Tous les matches qu’il nous reste seront à enjeu ».  Dans la bataille à la qualification Clermont devra affronter successivement Paris, Lyon, le Racing, Toulon, Toulouse et la Rochelle soit 6 rencontres sur les 7 restantes face à des équipes encore en lutte pour décrocher l’un des six précieux sésames ouvrant droit aux phases finales. Une dernière ligne droite passionnante préparée par les Auvergnats dans la tranquillité du plateau des Millevaches en Corrèze. « L’objectif de ce stage à Bugeat était de poser les objectifs de cette fin de saison, de mettre le doigt sur ce qui ne fonctionnait pas suffisamment bien et de renforcer nos points forts », précise Judicaël Cancoriet. « Ce fut également l’occasion de sortir de notre zone de confort, de quitter notre centre d’entrainement et de se retrouver ensemble pendant quelques jours pour renforcer la cohésion du groupe », complète le talonneur Etienne Fourcade. « Après le gros travail que nous avons effectué en stage, après avoir rappelé nos standards et nos exigences, c’est le moment d’avoir des certitudes et de montrer ce que nous sommes capables d’aller chercher », détaille à son tour Franck Azéma. Dans ce marathon du Top 14, c’est le moment de l’emballage final, l’instant où le rythme s’accélère encore et où les différences se font. « A chaque fois que nous affronterons des adverses directs, les matches vaudront 8 points : 4 de pris pour le gagnant, 4 de perdus pour le perdant… » Pas encore des matches éliminatoires mais seulement 35 points à distribuer d’ici à la fin de la saison régulière et personne véritablement installé sur un matelas permettant de voir venir. Une pression qui va ainsi progressivement monter au fil des semaines et à mesure que la distribution de points (possibles) va se réduire figeant progressivement les écarts. 

 

 

210325-azema-2.jpg
 

 

Actuellement en quatrième position au classement, les Auvergnats n’ont pas l’intention de laisser leur place en relançant des Parisiens qui ont affirmé (à l’AFP) leurs intentions en début de semaine par la voix de leur coach Gonzalo Quesada « de se qualifier dès cette année ». « Nous savons parfaitement que ce match sera important pour eux comme pour nous », rebondit Judicaël Cancoriet. « Nous lançons cette ligne droite par un premier rendez-vous qui ne sera pas décisif mais qui peut nous mettre sur de bons rails. Nous allons à Paris pour faire une grosse performance, nous nous sommes préparés pour cela. Ce sera un premier test face à un concurrent direct que nous aurons l’opportunité de repousser ou au contraire de laisser revenir… » « C’est certain que l’équipe du Stade Français sera dans les mêmes dispositions que nous », accorde l’entraineur clermontois. « Samedi, nous verrons l’état d’esprit du groupe et ses intentions pour les derniers mois de compétition. Désormais nos responsabilités passent par les actes que nous serons capables d’avoir sur le terrain. » Cette première rencontre du dernier bloc devrait ainsi livrer de précieux enseignements sur les prévisions printanières.