Le Stade Toulousain cet ogre insatiable …

image description

Les Toulousains n’ont pas laissé grand-chose aux autres ces deux dernières saisons, champions d’Europe (pour la cinquième fois en 2021) et double champions de France en titre (2019-2021), les « rouge et noir » possèdent le plus beau palmarès de notre sport et toujours le même appétit. Invaincus depuis le début de la saison, après un succès à la maison face à Toulon et deux victoires significatives à la Rochelle et Montpellier, c’est en pleine confiance qu’ils accueilleront une équipe clermontoise qui ne s’est plus imposée dans la ville rose depuis 7 ans.

A la pause de la réception des Toulonnais (lors de deuxième journée de Top 14), les Toulousains s’étaient presque excusés (à l’antenne de Canal +) de tourner avec 17 points d’avance sur des Varois pourtant entreprenants mais sonnés par une efficacité redoutable et une certaine facilité à punir leurs adversaires à la moindre erreur comme lors de cette interception de Holmes. La suite du match a tourné à la démonstration, décrédibilisant les excuses pour infliger aux hommes de Collazo, impuissants face aux vagues haut-garonnaises, un cinglant 41 à 10. Impitoyables, les Rouge et Noir ont confirmé la semaine suivant sur la pelouse montpelliéraine où ils se sont imposés (15-17) après un match parfait de réalisme débuté par un essai opportuniste dès la première minute que les Héraultais ont trainé comme une épine durant 80 minutes. Après 3 journées, les hommes d’Ugo Mola sont seuls en tête et toujours invaincus, preuve d’une efficacité, d’un réalisme et d’une ambition toujours aussi aiguisés.

Bien sûr, on imagine toujours le Stade Toulousain comme cette équipe dévoreuse d’espaces, joueuses dans le désordre et dépositaire de son célèbre « jeu de mains jeu de Toulousains ». Tout cela reste vrai mais bien insuffisant pour décrire cette machine qui roule sur le rugby européen depuis plusieurs saison et il n’y a qu’à jeter un regard sur les statistiques pour s’en convaincre. En effet, les Toulousains possèdent (bien avant la meilleure attaque où ils sont 5ème du Top 14 à égalité avec le Racing et Montpellier) la meilleure défense du championnat (moins de 14pts en moyenne /match), et le meilleur gratteur du championnat : Mathis Lebel (déjà 11 ballons arrachés aux attaques adverse). Ils sont aussi ceux qui gagnent le plus de terrain avec le jeu au pied (déjà 2939m cette saison soit 50% de plus que Clermont) ainsi que l’un des buteurs les plus efficaces du championnat qui récompense le travail de son équipe : Thomas Ramos, 3ème réalisateur du Top 14 avec 38 points marqués (soit près de 50% des points stadistes cette saison).

 

210922-toulouse-2.jpg
 

 

Toulouse possèdent également des « X Factor » bien connus comme leur demi-de-mêlée Antoine Dupont qui a lui seul fait basculer la première rencontre de la saison à la Rochelle. Avec 10 plaquages cassés, il est de loin le demi de mêlée le plus dangereux autour des rucks et le quatrième attaquant du championnat derrière son coéquipier Selevasio Tolofua (12 plaquages cassés et 6 passes après contacts) auteur d’un début de saison remarquable. Romain Ntamack est également à créditer d’un début de saison solide. Le maître à jouer des Rouge et Noir point déjà son nez dans le classement des joueurs qui ont parcours la plus grande distance avec le ballon (6ème du Top  14) ou gagné le plus de mètres avec le pied (2nd derrière Camille Lopez) montrant l’alternance du jeune chef d’orchestre. Evidement les Toulousains vont devoir se passer de Cheslin Kolbe, l’attaquant star qu’ils ont révélé aux yeux du monde entier ces dernières saisons, mais ne vous faites pas de soucis pour eux, la succession est déjà en place depuis les dernières saisons avec Mathis Lebel (22 ans) ou Lucas Tauzin (23 ans) pendant que la relève s’annonce peut être encore plus belle avec la génération dorée championne de France Espoirs qu’incarnent les pépites Nelson Epée (20 ans) et Dimitri Delibes (21 ans).

C’est cette institution que les Clermontois iront défier dimanche en clôture de la quatrième journée de Top 14 dans un stade où ils n’ont pas gagné depuis 7 ans mais où les affrontements sont bien souvent épiques comme lors de cet inoubliable Toulouse Clermont de 2019 aux 91 points et 10 essais inscrits.