Résumé de match

Paris brille sous les chandelles

image description

Même si les Clermontois ont répondu présent dans les secteurs de l’engagement et de l’envie, leur prestation a été bien trop pauvre techniquement notamment dans le jeu aérien pour rivaliser avec des Parisiens réalistes à défaut d’être spectaculaires. Comptablement c’est une mauvaise opération pour les Auvergnats qui reviennent sans rien de ce troisième déplacement de la saison. 

 

211010-raka.jpg
 

 

Paris (stade Jean-Bouin) temps doux, pelouse synthétique, environ 10 000 spectateurs. Paris bat Clermont 22-14 (mi-temps : 11-9) Arbitrage de M.Poite

Clermont : un essai de Raka (63e), 3 pénalités (23e, 32e et 39e) de Hanrahan. 

Stade Français : 2 essais de Nayacalevu (13e et 50e), 4 pénalités (17e, 27e, 74e et 79e) de Segonds. 

 

211010-vili.jpg
 

 

Paris règne dans les airs 

Sur la pelouse synthétique de Jean-Bouin rendue glissante par l’humidité ambiante les fautes de main ont animé toute cette première période. Gênés dans les airs par des Parisiens plus adroits et précis, à l’image de Hamdaoui souverain, les hommes de Jono Gibbes ont perdu de nombreux duels et par voie de faits le gagne terrain imposés par les locaux. Sous pression, les Auvergnats subissent la fougue d’une équipe du Stade Français dos au mur et encaissent dès la 13ème minute un essai du fidjien Nayacalevu après une action décousue et conclue en bout de ligne. Dans le sillage d’une charnière parisienne intéressante où Coville s’est amusé autour des rucks échappant à la vigilance de la défense à plusieurs reprises et où Segonds a allumé des dizaines de chandelles qui ont posé de gros soucis au troisième rideau auvergnat, le Stade Français a profité de sa domination aérienne et stratégique pour occuper le camp et concrétiser celle-ci par la justesse de leur buteur qui rajoute 2 pénalités à la 17e et 27e. Clermont qui a bien du mal à tenir le ballon se contente de quelques miettes pour rester dans le match grâce à 3 coups de pied de JJ Hanrahan (23e, 33e, 39e) afin de tourner sur un score fltateur de 11-9. 

 

211010-lavanini.jpg
 

 

Le contre de Lavanini aurait pu tout changer….

En deuxième période, même si les hommes de Jono Gibbes retrouvent de l’appétit et profitent des entrées de Beria et Lavanini pour donner une nouvelle dynamique à la conquête clermontoise, il manque encore de précision pour conclure et se sont bien les locaux qui sur une nouvelle attaque bien exploitée sur les extérieurs grâce à une passe magistrale de Latu pour Nayacalevu qui passe une deuxième fois la ligne d’essai. Paris prend 7 points d’avance mais reste sous la menace des Auvergnats qui ne renoncent pas. Présents dans l’engagement, les hommes de Jono Gibbes reviennent dans le camp adverse et placent une magnifique attaque sur touche qui finit derrière la ligne après une belle intervention de Damian Penaud et un bon relais de Cheihk Tiberghien. Alivereti Raka joue les équilibristes avant de plonger en terre promise pour un troisième essai en trois matches. L’ASM n’est plus qu’à 2 points du Stade Français qui va déployer toute son énergie à contenir les attaques adverses à l’image de ce terrible tampon de Kremer sur son compatriote Tomas Lavanini afin de lui souhaiter la bienvenue dans le Top 14. Il en faut plus pour secouer le seconde ligne argentin qui est tout près de faire basculer le match, quelques minutes plus tard, après un contre et une course de 40 mètres. Le ballon difficile à contrôler sur la ligne en décidera autrement. Le coup est passé puisque, les maladresses clermontoises reprennent de plus belle et permettent aux Parisiens de revenir occuper le camp et tenir le ballon. La défense clermontoise est à nouveau sous pression et se met à la faute à deux reprises (74e et 79e) évaporant d’abord les espoirs de victoire avant d’en faire autant avec le bonus défensif.

 

Cette troisième défaite à zéro point en déplacement laisse forcément un parfum de frustration dans les rangs clermontois. Trop imprécis avant de devenir indisciplinés malgré une envie qui reste irréprochable, les Clermontois ont laissé filer une belle occasion de construire une dynamique positive. Il faudra remettre l’ouvrage sur le métier pour construire, dans cette semaine courte, un état d’esprit conquérant pour espérer bousculer des Montpelliérains auteurs d’un sacré finish sur la pelouse girondine, samedi dernier.  

 

211010-groupe.jpg
 

 

Pour l’ASM Clermont Auvergne 

 

1.Falgoux, 2.Fourcade, 3.Slimani, 4.Jedrasiak, 5.Amatosero, 6.Iturria (cap),  7.Cancoriet,  8.Lee, 9.Bézy, 10.Hanrahan, 11.Raka, 12.Penaud, 13. Vili, 14.O’Connor, 15.Rozière

 

Remplaçants : 16.Pélissié, 17.Beria, 18.Lavanini, 19.Dessaigne, 20.Viallard, 21.Lopez,  22.Tiberghien, 23.Ojovan . 

 

Pour le Stade Français 

1.Kakovin, 2.Latu, 3.Melikidze, 4.Gabrillagues (cap), 5.Azagoh, 6.Burban,  7.Briatte,  8.Macalou, 9.Coville, 10.Segonds, 11.Veainu, 12.Arrate, 13.Laumape, 14.Nayacalevu, 15.Hamdaoui

 

Remplaçants : 16.Panis, 17.Alo-Emile, 18.Van Der Mescht, 19.Kremer, 20.Hall, 21.Barré,  22.De Giovanni, 23.Roelofse.