Paris, fluctuat nec mergitur

image description

Avec 4 points au compteur les Parisiens sont en serre-file d’un championnat qui est encore bien loin d’avoir livré toutes ses vérités. Plombés par une défaite à domicile face à leurs meilleurs ennemis franciliens en ouverture, les hommes de Gonzalo Quesada courent après ce joker grillé dès la première journée. Fragilisés par quelques soucis d’effectif et assis sur l’inconfortable dernière position du Top 14, la pression sera sur leurs épaules au moment de donner le coup d’envoi du dernier match de cette 6ème journée de championnat. La devise de la capitale « Il est battu par les flots, mais ne sombre pas » doit être un signe de méfiance car il n’y a pas meilleure équipe pour se relever au moment où tout le monde la pense sur le point de couler… 

 

 

Certes, le classement n’est encore qu’un instantané d’une conjoncture particulière qu’il est encore possible de corriger et la programmation (2 réceptions pour 3 déplacements) n’a pas vraiment favorisé le début de saison des Parisiens qui ont, cette semaine encore, perdu des joueurs clés (Maestri sur blessure et Alo Emile sur suspension). Cela dit, quelques statistiques montrent toutefois une certaine fragilité ; à commencer par l’attaque des soldats roses qui n’a inscrit que 82 points (13ème du championnat) pour une famélique moyenne de 16 points par match. Le jeu peine à se mettre en place à l’image de leur recrue star All-Black Ngani Laumape qui a besoin de temps comme l’a récemment déclaré son entraineur Gonzalo Quesada « Je savais qu'il n'allait pas faire la différence comme en Super Rugby. Je connais les deux rugbys, je savais que les espaces n'allaient pas lui permettre de s'exprimer avec autant de facilité » dans le Top 14. Ainsi la star All-Black qui a pourtant participé à toutes les rencontres de la saison ne compte que 160 mètres gagnés avec le ballon depuis le début du championnat soit exactement 14 mètres de plus que George Moala … sur le seul match du Racing ! Bref, le All black, qui a également manqué 7 plaquages sur les 23 tentés pour un seul franchissement, est bien loin du niveau auquel il est attendu, question de temps et d’automatismes. La défense plus généralement a déjà encaissé 140 points et possède la plus faible efficacité au niveau des plaquages avec seulement 71,3 % de réussite (à égalité avec Biarritz), trop pour tenir un résultat ou espérer bousculer les Brivistes, Bordelais ou Toulonnais où ils se sont successivement cassés les dents en ce début de saison. Les Parisiens doivent faire le dos rond en attendant que quelques forces vives reviennent grossir leur effectif qui tient sur quelques joueurs utilisé sur tous les matches (Coville, Hamdaoui, De Giovanni ou Latu) . Les Argentins sont attendus, Antoine Burban et Joris Segonds, qui est le deuxième joueur à gagner le plus de mètres grâce à son jeu au pied du championnat (derrière Camille Lopez) sont espérés. Sekou Macalou (3 matches seulement cette saison et déjà le meilleur gratteur de l’équipe) peut être le détonateur d’un groupe qui devra se révolter pour sortir d’une spirale négative incompatible avec les ambitions du club. 

 

211007-paris-2.jpg
 

 

Même si les Auvergnats restent sur une série de 3 victoires consécutives à Jean Bouin, où ils n’ont plus perdu depuis avril 2018, et que le Stade Français n’a pas encore montré tout son potentiel ne remportant qu’une seule victoire (face à Castres à domicile en étant en supériorité numérique une grande partie de la rencontre), ce club possède des capacités de réaction hors du commun. Là où beaucoup recherchent la constance, les Parisiens cultivent les coups d’éclats, et gèrent les hauts et les bas dans des saisons rarement monotones. Leur dernier Brennus (en 2015 remporté face à Clermont) illustre cette capacité de rebond. Quasiment en position de relégation à 5 journées de la fin des phases qualificatives, le groupe a été capable d’arracher sa place dans les phases finales jusqu’à conquérir le 14ème Brennus de l’Histoire du club. Frédéric Darre le truculent écrivain aimait dire que « Paris sera toujours Paris. Qu’est-ce que tu veux qu’il fasse d’autre ? » Cela marche tout aussi bien avec son club résident…