Toulouse, plus réaliste, remporte le titre

image description

Au terme d’un match où les défenses ont largement pris le dessus sur les attaques, les Toulousains, plus réalistes, remportent leur 20ème bouclier de Brennus face à des Auvergnats qui n’auront jamais démérité. Portés par une mêlée toujours aussi conquérante, les hommes de Franck Azéma, qui n’auront jamais réussi à franchir la ligne d’essai stadiste, finissent tout près d’une saison extraordinaire qui reste toutefois magnifique. 

 

190616-finale-2.jpg
 

Saint-Denis (Stade de France) temps agréable, pelouse bonne, environ 79 786 spectateurs. Toulouse bat Clermont 18 à 24 (mi-temps : 9-11) Arbitrage de M.Garcès

Clermont : 6 pénalités de Laidlaw (2e, 12e, 34e, 50e et 59e) et Lopez (72e)

Toulouse : 2 essais de Huget (29e et 54e) 4 pénalités (8e, 18e, 49e et 65e) et un transformation de Ramos.

Cartons Jaunes : Kolbe (33e, anti-jeu)

 

Féroce bataille dans les rucks !

Après un protocole interminable, les deux équipes allaient rapidement se réchauffer dès le coup d’envoi donné par les Auvergnats. Les Toulousains, dans l’excès au niveau de l’engagement, plongent et concèdent la première pénalité de la rencontre dès le coup d’envoi. Greig Laidlaw ne se fait pas prier et ouvre le score. Les Toulousains réagissent aussitôt mais Clermont ne lâche rien et impose un terrible combat dans les phases de ruck. Après 8 minutes sous pression, les Toulousains finissent par mettre les hommes de Franck Azéma à la faute et égalisent (3-3 à la 10ème). L’intensité dans les phases de combat est tout simplement colossale. Les Clermontois sont tranchants à l’image de Lee, Fofana et Toeava qui déchirent la défense stadiste offrant une nouvelle occasion de score au buteur écossais qui poursuit son sans-faute et remet son équipe en tête au tableau d’affichage. Les deux équipes se rendent coup pour coup, la mêlée auvergnate prend le dessus pendant que la troisième ligne toulousaine continue son énorme travail de destruction. Elle est récompensée par une pénalité après un ballon gratté (6-6 à la 18e). Toulouse, plus opportuniste, réalisera un premier break à la demi-heure de jeu après une très gros travail de son paquet d’avants et la lucidité de sa charnière qui bonifie un avantage en inscrivant un essai en bout de ligne par l’intermédiaire de Huget. La réaction de Clermont ne se fait pas attendre. Fritz Lee, encore remarquable d’activité, intercepte un ballon en sortie d’alignement et file droit vers l’essai au moment où Kolbe commet une grosse faute d’anti-jeu. L’arrière toulousain sera exclu 10 minutes et le buteur clermontois rapproche son équipe (9-11 à la pause).

 

190616-finale-3.jpg
 

L’attaque clermontoise cadenassée par la défense stadiste

Dès la reprise, les hommes d’Ugo Mola ne lâchent pas leur emprise et retournent dans le camp clermontois où ils vont passer de longues minutes avant concrétiser leur domination par une nouvelle pénalité de Ramos. Clermont réagit, une nouvelle fois, toujours par le pied de leur buteur et toujours après un gros travail des avants qui rendent tous les coups aux Toulousains (12-14 à la 50ème). La finale et serrée, verrouillée par deux défenses monstrueuses. Isaia Toeava rattrape un coup en bout de ligne, mais une nouvelle séance toulousaine pousse les Clermontois à la faute et l’avantage, comme en première période, permettra aux Stadistes de prendre des risques et de trouver une solution sur les extérieurs où Huget aplatit le second essai des siens. L’ASM répond encore, par son stratège écossais mais l’écart se creuse puisque Ramos score à nouveau validant la domination territoriale de ses hommes. Même si Camille Lopez passera une dernière pénalité à 8 minutes de la fin du match, la défense toulousaine irréprochable durant 80 minutes (la seule à ne pas encaisser un essai clermontois cette saison) tiendra le score et permettra aux « rouge et noir » de soulever le vingtième Brennus de leur Histoire.

 

Cette finale était présentée comme la finale de rêve, elle fut celle des défenses. Des deux côtés, les impacts furent furieux et l’organisation rigoureuse. Les Toulousains plus réalistes et dominateurs autant en possession que d’un point de vue territoriale, s’imposent logiquement face à des Auvergnats qui n’auront rien à se reprocher au niveau de leur comportement ou de leur engagement. Ils peuvent être fiers de leur saison. Un grand merci à notre Yellow Army exceptionnelle d’un bout à l’autre de la saison.

 

190616-finale-4.jpg
 

L’équipe de Clermont : 1.Falgoux, 2.Kayser, 3.Slimani, 4.Timani, 5.Vahaamahina, 6.Iturria 7.Lapandry, 8.Lee (c), 9.Laidlaw, 10.Lopez, 11.Raka, 12.Fofana, 13.Moala, 14.Penaud, 15.Toeava.
 

Remplaçants : 16.Ulugia, 17.Uhila, 18.Yato, 19.Cancoriet, 20.Cassang, 21.Nanaï Williams, 22.Naqalevu, 23.Zirakashvili

 

L’équipe de Toulouse : 1.Baille, 2.Mauvaka, 3.Faumuina, 4.Arnold, 5.Tekori, 6.Elstadt, 7.Cros, 8.Kaino (c), 9.Dupont, 10.Ramos, 11.Medard, 12.Ahki, 13.Guitoune, 14.Huget, 15.Kolbe.
 

Remplaçants : 16.Marchand, 17.Castets, 18.Faasalele, 19.Tolofua, 20.Gray, 21.Bezy, 22.Ntamack, 23.Van Dyk