Préparation

Un rendez-vous important de cette mi-saison

image description

Bien que Franck Azéma, ait rappelé que ce match face à l’Ulster n’était pas éliminatoire, il convient qu’il a néanmoins une saveur particulière, pour une compétition à laquelle tous les joueurs, le staff sportif et le Club sont attachés.

 

Cette coupure de la Coupe d’Europe, au milieu de ce long TOP 14 va permettre à chacun de casser la routine. Une compétition au format court, où chaque point compte et où l’on peut se retrouver en ¼ de finale après seulement 6 matches. Et c’est bien l’objectif des « Jaune et Bleu ». Pour cela une victoire suffit, mais Nick Abendanon l’assure, « nous voulons nous qualifier, mais à la 1ère place de cette poule pour avoir le privilège de recevoir dans notre stade Marcel-Michelin, avec nos supporters. Nous avons 2 matches à gagner pour finir le boulot, car je pense que l’Ulster ira ensuite inscrire les 5 points d’une victoire bonifiée à Bath ». De l’ambition donc, dans une compétition où tout est exacerbé en termes de vitesse et d’intensité. Ceci n’est pas pour déplaire au clermontois, qui affectionnent ce type de jeu et qui en connaissent aussi les exigences. Morgan Parra le rappelle « ne serait-ce que sur l’arbitrage, les différences sont fortes avec le TOP 14. Il n’y a aucun laxisme, concernant les hors-jeux ou les zones de rucks, les sanctions sont immédiates et cela demande une attention soutenue et une précision de tous les instants ». Cette dynamique, proche des matches internationaux suscite sans doute un surplus d’excitation, et une hâte d’en découdre.

 

Le bon goût de la Coupe d’Europe

C’est évidemment le cas pour Sébastien Vahaamahina qui disputera là sa 1ère rencontre européenne de l’année. Après une période de repos forcé durant laquelle il a pris le soin, avec le staff et son entourage de travailler sereinement, mentalement et physiquement, il se dit « ravi d’avoir enchainé 3 matches complets avec l’ASM en TOP 14 et de pouvoir s’attaquer à ce gros bloc du mois de janvier avec les réceptions de l’Ulster et du Stade Français, entrecoupées du déplacement aux Harlequins. Un vrai plaisir ! ». Concernant l’adversaire de ce week-end est bien connu de tous.  « L’Ulster, c’est une grosse cohésion, des combattants, la force d’un groupe. Un caractère fort, propre à leur culture et leur histoire » détaille Franck Azéma. Nick Abendanon insiste dans ce sens : « Ils sont solides sur les bases, ils ont de la fierté, travaillent bien ensemble… et aime cette Coupe d’Europe ».  Chacun connait donc le contexte et se souvient du match aller perdu 18-13, mais qui permis toutefois de rapporter un (peut-être) précieux point de bonus défensif. Le coach auvergnat rappelle que son équipe « avait été dominée dans les rucks et le jeu aérien, et avait parfois eu du mal à se sortir de l’emprise irlandaise »

Autant de phases de jeu sur lesquelles il conviendra d’être irréprochable. « Il nous faudra livrer une autre performance que la semaine dernière à Paris, particulièrement dans les rucks et en ce qui concerne les ballons portés », confirme Sébastien Vahaamahina.

Franck Azéma exhorte ses troupes à prendre du plaisir collectif, à se livrer totalement pour ce qui constitue l’un des gros rendez-vous de la saison. L’engouement du public semble à l’unisson, puisque que ce match sera vraisemblablement joué à guichet fermé. Morgan Parra savoure d’avance « la chance d’avoir pour l’occasion, un public chaud-bouillant, qui pourra nous aider à impulser une grosse entame de match ».