Wesley Fofana en mode « confinement »

image description

 

Le trois-quart centre international des « jaune et bleu » passe, à son tour, le quizz du confinement. Bien occupé par ses enfants, Wesley s’organise pour conserver des plages de travail qui lui permettent de s’entretenir, tout en assurant l’école à la maison ou les répétitions du spectacle de sa fille… tout un programme. 

 

La personne avec qui tu voudrais être confiné ?
Davit Zirakashvili, c’est le sage du groupe, le mec le plus cultivé. Il m’apprendrait plein de choses.

 

Le joueur avec qui ce serait un enfer ?
Dato encore, je pense que ça n’arrêterait du matin au soir (rires).

 

A ton avis le champion du confinement c’est qui ?
Ah ben facile, ce sont les fidjiens, Api (Naqalevu), Peceli (Yato), ils sont tranquilles pas de pression, ils doivent dormir pas mal (rires).

 

Le pire moment de la journée ? 
C’est le matin, lorsque mes enfants crient pour venir me réveiller.
 

Le meilleur ?
Quelques minutes plus tard, lorsque je vais les retrouver et que je les vois sourire.
 

Ton activité inavouable du confinement / ta nouvelle passion ? 
Je suis en pleine répétition du spectacle d’école de ma fille (sur la chanson de « la princesse et la grenouille ») et j’ai aussi une nouvelle passion pour les espaces verts… dans ma tête je fais et refais mon jardin.

 

Ta série ? 
La Casa Del Papel…je n’arrive pas à m’arrêter.

 

Tu as multiplié ton temps de sieste par…

Zéro, je profite justement de la sieste de mon petit pour m’occuper de moi, faire la prépa physique.
 

Ton plat ? 
On en profite pour faire manger un maximum de légumes aux enfants.

 

Ce qui te manque le plus ?
Le Rugby, les coéquipiers, le stade…  
 

La prépa physique durant le confinement c’est ?

Ça se passe bien. Je le fais avec beaucoup de sérieux. J’en profite pour faire beaucoup de mobilité et travailler beaucoup de choses que nous n’avons pas le temps de faire en saison régulière. Mark Robertson m’aide beaucoup.
 

L’école à la Maison pendant le confinement, c’est ?
On essaye d’être des « professeurs » exigeants et de suivre à la lettre ce que les enfants doivent faire. Là encore, ça se passe plutôt bien.  

 

Ton niveau d’anxiété / d’hypochondriaque ? 
Je ne suis pas vraiment anxieux mais très à l’écoute de ce qu’il se dit pour appliquer du mieux possible ce qui est recommandé de faire pour sortir au plus vite de cette crise. 
 

Est-ce que, comme la moitié des français, tu as un avis sur la manière de traiter le virus ?
Non, nous avons des informations assez précises sur l’avancée de l’épidémie. Ce n’est pas à nous de donner un avis sur quelque chose que nous ne maîtrisons pas. La seule chose à faire est d’avoir le meilleur comportement possible pour aider ceux qui sont en charge de lutter contre l’épidémie.

 

Le truc le plus débile que tu ais vu durant cette période ?
Comme tout le monde, ce sont les gens qui ne respectent rien et continuent d’être dehors malgré les dégâts que l’épidémie engendre.

 

Le truc le plus insensé que tu ais fait ?
Non rien de vraiment fou…

 

Un livre pour occuper tes journées ?
« Rugby au cœur » de Serge Collinet, l’histoire de la section rugby qu’il a mis en place dans notre collège parisien.

 

Une application pour passer le temps…
Les réseaux sociaux de façon générale, dans cette période et malgré le contexte, il y a des choses drôles.

 

Ta tenue officielle du confinement ? 

Short et débardeur.

 

Ton meilleur conseil pour le confinement ? 
Bien planifier ses journées, profiter des gens qui sont autour de nous et prendre nouvelles de nos proches. 
 

La sortie du confinement, tu la vois comment ? 
J’espère que ça se passera bien et que les gens seront respectueux pour pas que cela redevienne compliqué. Au niveau Rugby, ça ne sent pas très bon pour la fin de saison. On va tout faire pour rester dans les starting-blocks mais cela ne dépendra pas de nous.